Aller au contenu

Marx et Engels


  • Engels : La situation de la classe ouvrière en Angleterre

    La situation de la classe ouvrière en Angleterre D’après les observations de l’auteur et des sources authentiques L’œuvre que nous proposons ici montre comment l’approfondissement scientifique, disciplinant la passion, peut se traduire en un travail d’analyse minutieusement et précisément documenté, sans que la charge d’idéaux propre au tempérament juvénile en soit affectée. C’est en soi une bonne raison pour insérer La situation de la classe ouvrière en Angleterre dans la « bibliothèque jeunes » de notre maison d’édition, mais certainement pas la seule. De ce point de vue, le texte d’Engels est le premier d’une longue série d’œuvres marxistes centrées sur différents aspects ou sur des moments successifs de l’évolution de la formation économico-sociale capitaliste. Ce texte porte sur une profonde transformation sociale, celle pour laquelle l’auteur forge la définition de « révolution industrielle », consacrée par la suite comme catégorie historiographique universelle. Dans la préface de 1892, Engels note que l’état de choses décrit dans l’ouvrage appartient au passé de l’Angleterre, et esquisse en quelques pages les profonds changements suscités en cinquante ans, précisément par la « révolution » que lui-même avait décrite dans sa jeunesse. Il estime toutefois que l’ouvrage mérite d’être reproduit intégralement, pour des raisons qui, en substance, coïncident avec celles qui motivent la présente publication. La « situation de la classe ouvrière », en Angleterre et en général dans les pays avancés de l’Occident, a aujourd’hui beaucoup changé, mais ce qu’a décrit Engels est un processus typique des premières phases d’industrialisation. L’Angleterre des débuts du XIXe siècle s’est reproduite maintes et maintes fois, à mesure que les phénomènes d’exode rural, de prolétarisation, d’urbanisation, de passage de l’artisanat au système de l’usine, analysés dans ce pays, se sont étendus à de nouvelles parties du globe. Aujourd’hui, de nouvelles Manchester parsèment par centaines les cartes des pays émergents ou récemment émergés ; par de nombreux aspects, elles ressemblent de façon surprenante à l’originale anglaise du XIXe siècle, elles en diffèrent profondément par d’autres, à commencer par une échelle démographique agrandie d’un facteur dix ou cent. Pour des jeunes qui, comme Engels en son temps, préfèrent « connaître la réalité de la vie » plutôt que de dissiper la leur en « conversations mondaines et cérémonies ennuyeuses », La situation de la classe ouvrière en Angleterre est plus qu’un modèle. Elle ne fait pas seulement qu’inciter à l’étude et à la compréhension des Manchester du XIXe siècle, mais fournit aussi d’excellents instruments pour s’y appliquer. D’un côté, des indications fondamentales de méthode, de l’autre une grande masse de données et d’observations pratiques indispensables pour ces comparaisons qui sont au cœur de la méthode marxiste elle-même. Si le marxisme est la recherche de la loi du changement social, il est essentiel de distinguer ce qui change de ce qui persiste, d’identifier ce qui est typique et ce qui est spécifique, de séparer ce qui est fortuit de ce qui, dans le changement, constitue précisément une règle. Disposer d’une analyse aussi approfondie et détaillée de ce qui arrivait à notre classe dans l’Angleterre d’il y a deux siècles est une base solide pour l’étude de la « situation » du prolétariat d’aujourd’hui dans de vastes zones de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Afrique. Après Engels, plusieurs générations de révolutionnaires ont continué à enrichir le laboratoire marxiste d’outils conceptuels et de recherches empiriques, le dotant ainsi d’un patrimoine théorique dont il tire avantage dans la compréhension des phénomènes inédits liés à l’émergence de nouvelles puissances, de dimensions continentales. Le point de vue théorique général de La situation de la classe ouvrière en Angleterre est encore embryonnaire par rapport au marxisme. C’est Engels lui-même qui l’affirme en 1892, prenant comme exemple la « grande importance » attribuée au fait que le communisme n’est pas seulement la doctrine du parti ouvrier mais une théorie « dont le but final est de libérer l’ensemble de la société, y compris les capitalistes eux-mêmes, des conditions sociales actuelles qui l’étouffent ». Ceci est vrai dans l’abstrait, note Engels, mais dans la pratique la bourgeoisie s’oppose de toutes ses forces au changement, et « la classe ouvrière se verra contrainte d’entreprendre et de réaliser seule la révolution sociale ».

    10,00 €
  • Engels : Les principes du communisme

    Les Principes du communisme sont l'ultime brouillon du Manifeste du parti communiste de Friedrich Engels et Karl Marx. Il s'agissait en cette année 1847 de dépasser le communisme égalitaire et d'inspiration chrétienne qui avait éveillé les consciences des artisans et des premiers ouvriers allemands émigrés. L'objectif poursuivi par les deux amis est d'amarrer le combat ouvrier à leurs propres découvertes théoriques.
    Elles s'ancrent dans la modernité capitaliste anglaise que connait particulièrement bien Engels. On y voit donc le mouvement s'extraire de la croyance et entrer dans l'ère de la théorie critique. Le texte marque par sa grande clairvoyance les enjeux qui allaient façonner le combat pour la révolution sociale. Le Projet de profession de foi communiste écrit en juin 1847 souligne l'évolution rapide des esprits parmi les militants huit mois avant les révolutions qui vont soulever l'Europe en 1848.
    La "Contribution à l'histoire de la Ligue des communistes" écrite en 1885, reconstitue le contexte dans lequel les deux textes ont été écrits. Elle est traduite nouvellement par Jean Quétier qui a réalisé l'édition de ce petit volume.

    Editions Sociales mars 2020

    5,00 €
  • Engels : Notes sur la guerre franco-allemande 1870-1871, intro : Trotsky

    Le livre de Frédéric Engels est constitué dans sa majeure partie, par une chronique analytique de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Ce sont des articles qui furent publiés dans le journal anglais Pall Mall Gazette pendant le déroulement de la guerre. La tâche d'Engels consistait à partir de l'estimation générale des forces et des moyens des deux adversaires et à suivre au jour le jour le mode d'emploi de ces forces et moyens, afin d'aider le lecteur à s'orienter dans le déroulement des opérations militaires et même de soulever un peu, de temps à autre, ce qu'on appelle le voile de l'avenir. Les articles militaires de cette sorte emplissent au moins les deux tiers du livre. Le dernier tiers consiste en notes consacrées aux divers domaines spécialisés du métier de la guerre, toujours en rapport étroit avec le déroulement de la guerre franco-allemande. Une étude approfondie du texte extrêmement riche d'Engels, la comparaison de ses jugements et pronostics avec les jugements et pronostics contemporains des auteurs militaires de l'époque serait [...] une illustration particulièrement frappante du problème des rapports réciproques entre le marxisme et le métier de la guerre. Lev Trotskv Les « Annexes » aux articles d'Engels présentent une documentation des jugements politiques de Marx et Engels face au conflit franco-allemand et à ses conséquences principales : l'achèvement du processus d'unification nationale de l'Allemagne, l'effondrement de l'aventure bonapartiste en France et « l'assaut du ciel » de la Commune de Paris, première expérience mondiale de conquëte du pouvoir par la classe ouvrière. 380 pages édition : décembre 2008

    30,00 €
  • Engels : Socialisme utopique, socialisme scientifique

    2dition préparée par Jean-Numa Ducange et Pierre-Henri Lagedamon
    Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880) est un des textes les plus connus et diffusés d’Engels. Pourtant, il n’existe aucune édition de référence faisant précisément le point sur le contexte de son élaboration et sur les raisons de son extraordinaire postérité.
    La présente édition, préparée dans le cadre de la GEME, proposera, outre une édition du texte avec des annotations précises, une introduction historique et scientifique, ainsi qu’une série d’annexes de documents du XIXe siècle permettant de mieux comprendre les multiples facettes des utopies de l’époque ; utopies à propos desquelles Engels exprimait des critiques en vue de dépasser ce qu’il percevait comme une impasse politique.

    édition : avril 2021

    15,00 €
  • Engels et Marx : Annales franco-allemandes

    Le projet des Annales franco-allemandes, élaboré conjointement par Karl Marx, Arnold Ruge, Mikhaïl Bakounine et l'éditeur Fröbel en 1843, procède d'une désillusion politique touchant à la capacité du mouvement libéral allemand, dont ces auteurs étaient auparavant membres, à impulser un changement politique en Allemagne, et particulièrement en Prusse.
    Cette désillusion a pour effet une radicalisation : le but des Annales est, d'une part, d'échapper à la censure prussienne en publiant, sur le sol français, des textes plus provocants qu'ils ne pourraient explicitement l'être en Allemagne et, d'autre part, de rechercher une nouvelle position théorique et politique devant élucider les conditions d'un progrès politique.
    Celui-ci est cherché non plus dans une monarchie constitutionnelle mais dans une révolution et dans une démocratie plus ou moins radicale. L'élaboration de cette position radicalisée est conçue à partir d'une collaboration franco-allemande : la philosophie jeune hégélienne allemande et les positions démocrates, socialistes et communistes françaises doivent s'éduquer mutuellement par leur participation à une revue commune.
    Si cette collaboration n'aura pas effectivement lieu, les Annales ne contenant aucune contribution française, les textes qui les constituent n'en forment pas moins l'élaboration plurielle de critiques politiques et sociales qui s'appuient sur la réception jeune hégélienne des socialismes français. Réunissant les articles des philosophes jeunes hégéliens Karl Marx, Friedrich Engels, Arnold Ruge et Moses Hess (ainsi que des lettres de Ludwig Feuerbach et Mikhaïl Bakounine), des activistes démocrates Johann Jacoby et Ferdinand Coelestin Bernays, et les poèmes sulfureux de Heinrich Heine et Georg Herwegh, l'ensemble des Annales se présente ainsi comme répondant à une recherche collective, aboutissant à une pluralité de positions théoriques et politiques. Cette pluralité fait des Annales un document central dans le développement des démocratismes, socialismes et communismes allemands, à partir de la scission du mouvement libéral, au XIXe siècle.
    La publication par la Geme de la première traduction française complète des Annales franco-allemandes présente un double intérêt, pour un public de chercheurs, d'étudiants, ou de lecteurs de Marx et d'Engels. Cet intérêt relève en premier lieu des études marxiennes (et engelsiennes) : les Annales contiennent trois textes bien connus de Marx et d'Engels, notamment " Sur la question juive " et la " Contribution à la critique de la philosophie hégélienne du droit ". Or, les traductions existantes de ces articles n'offrent pas au public francophone des textes tenant compte, d'une part, des progrès de traduction les plus récents (à la fois concernant Marx, mais aussi concernant le vocabulaire hégélien omniprésent dans ces textes, dont la traduction doit tenir compte principalement des innovations de Bernard Bourgeois et de Jean-François Kervégan), et, d'autre part, des recherches récentes sur les écrits de jeunesse de Marx et Engels (tels les travaux d'Emmanuel Renault et Franck Fischbach dont l'introduction à l'édition Geme des Ecrits de jeunesse volume 1 rend compte largement).
    En second lieu, la quasi-totalité des autres textes des Annales restent inédits en français. Leurs traductions et commentaires apparaissent dès lors nécessaire pour saisir le projet commun des Annales, à la fois dans son unité et dans la pluralité des positions démocrates, socialistes et communistes qui s'y élaborent et s'y confrontent.
    Cette première publication complète des Annales s'inscrit ainsi dans le projet de la GEME en permettant de réintégrer les écrits de Marx et d'Engels, qui rappelons-le ne se connaissaient que très peu et ne travaillent pas encore ensemble, dans le contexte et les projets collectifs de leur période parisienne, tout en proposant un éclairage élargi sur l'histoire des idées politiques du XIXe siècle.

    édition : Geme juin 2020

    25,00 €
  • Engels Friedrich : Contribution à l'histoire du christiannisme primitif

    Ce texte d'Engels trace un parallèle entre la situation des premiers chrétiens et celle des premiers communistes de la première internationale, au siècle dernier. Mais il retourne aussi aux textes sources pour rediscuter l'interprétation des premiers temps de cette religion qui allait devenir la religion officielle de l'État romain. Ce texte a paru dans le journal LE DEVENIR SOCIAL, organe théorique de la IIe internationale en langue française. édition : mai 2022

    12,00 €
  • Grundrisse (manuscrits 1857-1858)

    Enfin réédité ce texte de Karl Marx, les deux tomes en un seul volume. 930 pages reed mai 2011

    40,60 €
  • Hunt Tristram : Engels, le gentleman révolutionnaire

    Dr. Jekyll et Mr. Hyde : parcours d’un industriel révolutionnaire Le premier pari de Hunt, celui de donner chair au personnage d’Engels, est réussi. La biographie se lit comme un roman, faisant entendre le brouhaha des brasseries berlinoises des années 1840 ; respirer l’odeur de la poudre sur les barricades de 1848 ; voir les misères de la classe ouvrière dans Manchester métamorphosé par la révolution industrielle. D’une façon générale, chaque chapitre est ouvert par une mise en contexte qui permet de mieux saisir les activités polymorphes d’Engels, de sa formation jeune-hégélienne des années 1840 à son action lors du soulèvement libéral de 1848 en Allemagne, de sa rencontre avec le prolétariat manchesterien en 1842 à sa carrière de manufacturier dans la même ville entre 1850 et 1869, des premières collaborations avec Marx en 1844 à la défense de son héritage intellectuel de 1883 à 1895. Malgré tout, le souci de faire un sort au moindre aspect de la vie du sujet conduit l’auteur à brouiller la hiérarchie des faits. La relation entre Engels et Mary Burns, ouvrière irlandaise rencontrée à Manchester, a son importance jusque dans les prodromes de la théorie marxiste car c’est elle qui lui révèle la face la plus noire du capitalisme. De ces expériences directes est issu The Condition of the Working-Class in England (1845), qui donne une première expression à certaines formules comme la distinction de classes ou la mission révolutionnaire du prolétariat. En revanche, l’aventure supposée d’Engels avec l’épouse de Moses Hess, communiste allemand réfugié à Paris en 1846, est une anecdote croustillante, mais inutile ; et le lecteur saisit mal l’intérêt d’une question telle que « Engels a-t-il vraiment abusé de la femme de Moses Hess ? » . Le propos se dilue donc parfois en une juxtaposition d’épisodes sans cohérence réelle. Au chapitre VII, consacré à la période 1869-1883, on voit se succéder une description de l’environnement et du quotidien d’Engels, un rappel (superficiel) de l’attitude des Dioscures pendant la Commune, les débats au sein de l’Internationale, une description de la fortune d’Engels, une analyse de ses angoisses domestiques issues de la rivalité entre ses bonnes, un bilan de son attitude face au socialisme russe, avant de s’achever par la mort de Marx. 590 pages édition : octobre 2009

    28,00 €
  • Inventer l'inconnu, textes et correspondance sur la Commune présentés par Daniel Bensaîd

    Textes et correspondance autour de la Commune Précédé de Politiques de Marx, par Daniel Bensaïd Dès avant la guerre franco-allemande de 1870, Marx et Engels échangent toute une correspondance sur les événements d’Europe, qui se poursuit pendant les combats, le siège de Paris et la Commune. Ce livre présente ces lettres peu connues, avec les textes célèbres autour de la Commune, dont l’Adresse à l’Internationale du 30 mai 1871, souvent appelée La Guerre civile en France. Cet ensemble poursuit le travail de Marx entrepris vingt ans plus tôt avec Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte et Les Luttes de classes en France. On voit s’y élaborer les thèmes de l’État moderne, des guerres nationales, du bonapartisme, de la république, de la démocratie, de la transfiguration des classes sociales dans leur représentation politique. L’impératif de solidarité envers les insurgés parisiens n’interdit jamais la lucidité et la critique devant l’écheveau de contradictions, les hésitations ou les inconséquences des acteurs, la tragédie du trop tôt ou trop tard. Que Marx soit autre chose qu’un théoricien de l’économie, que chez lui « l’action politique ne se réduit jamais à la plate traduction d’une logique historique », c’est le sujet principal du texte de Daniel Bensaïd, Politiques de Marx. À l’opposé d’un Marx figé dans le déterminisme, ce qui se passe dans ces textes, ce n’est « pas une mécanique du progrès, ni l’accomplissement d’un destin, mais une histoire où l’événement, les individus, les caractères ont toute leur place, où le possible n’est pas moins réel que le réel (…) Une histoire profane, sans prédestination divine ni garantie scientifique. Une histoire stratégique, qui se joue dans le conflit, aux points de bifurcation ». Un passionnant dossier sur la Commune, qui « a anticipé en actes sur le possible et l’impossible, de sorte que même ses projets et décisions inapplicables gardent un sens profond ». Daniel Bensaïd enseigne la philosophie à l’université Paris VIII Saint-Denis. Il a récemment publié à La Fabrique Les Dépossédés. Karl Marx, les voleurs de bois et le droit des pauvres. 300 pages édition : novembre 2008

    18,30 €
  • Kurz : Lire Marx. Les textes les plus importants de Karl Marx pour le XXIè

    Globalisation, méga fusions des entreprises, fièvre boursière, deshumanisation du travail, lutte pour un ordre mondial, barbarie... Bon nombre de développements économiques et sociaux actuels ont déjà été prévus par Karl Marx. Robert Kurz, sociologue et participant actif au mouvement social en Allemagne, fait une nouvelle critique du capitalisme. Au-delà du « marxisme du travail », il présente et commente les principaux textes de « l'autre Marx ». Ce choix fait apparaître Marx comme théoricien du fétichisme moderne, comme critique radical de la production marchande, du travail et de la politique. Kurz libère la théorie marxiste de son interprétation traditionnelle et pose ainsi les bases d'une lecture neuve qui s'attaque au système destructif et irrationnel des rapports entre le capital et le travail. Une lecture indispensable pour tous ceux qui veulent apprendre quelque chose de nouveau de Marx et comprendre la crise mondiale du XXle siècle. "La tendance à créer le Marché Mondial est directement donnée dans le concept de capital. Toute frontière apparaît comme une barrière à franchir." (Karl Marx, à propos de la globalisation) 396 pages Edition : 2002

    16,00 €
  • La conception matérialiste de l'histoire

    LA CONCEPTION MATÉRIALISTE 21 DE L'HISTOIRE Thèses sur Feuerbach (K. Marx) 25 L'IDÉOLOGIE ALLEMANDE (K. Marx et F. Engels) zg Extraits du Livre I 27 Avant-propos 1. Feuerbach. Conception matérialiste contre conception 29 idéaliste Introduction A. L'idéologie en général et spécialement l'idéologie 32 allemande - Division du travail et formes de propriété 40 - Division du travail et aliénation 54 - Histoire et conscience 65 - Classes et idées dominantes 70 B. Genèse du capital et de l'Etat moderne 85 - Conflits sociaux et révolution 87 - Genèse de la bourgeoisie! 89 - Rapport de l'Etat et du droit avec la propriété, 92 - Vers l'abolition du travail et de l'Etat 96 Conclusion: Vers la communauté des individus complets 1o6 - Pourquoi les idéologues mettent tout la tête en bas 1o9 Marx à Pave V. Annenkov (lettre) 123 Marx à Joseph Weydemejer (lettre) 127 Avant-propos à Critique de l'économie politique K. Marx 133 Engels à Conrad Schmidt (lettre) 137 Engels à joseph Bloch (lettre) 141 Engels à Conrad Schmidt (lettre) 149 Engels à George W. Lamplugh (lettre) 151 Engels à Franz Mehring (lettre) 157 Engels à W. Borgius (lettre) 162 index des noms 180 pages édition : juin 2008

    7,00 €
  • La confession de Karl Marx, textes de Riazanov, Engels et Luxemburg

    RIAZANOV : LA CONFESSION DE KARL MARX (page2) FRIEDRICH ENGELS :KARL MARX (page 14) KARL MARX : A LA MÉMOIRE DES COMBATTANTS DE JUIN (page 23) : LES RÉVOLUTIONS DE 1848 ET LE PROLÉTARIAT (page 26) ROSA LUXEMBOURG : ARRÊTS ET PROGRÈS DU MARXISME (Page 28) 35 pages édition : juin 1969

    3,00 €
  • La Guerre civile en France

    La guerre civile en France Cervetto – La forme politique enfin découverte Dans les «Adresses» qui furent publiées avec La guerre civile en France, nous trouvons la dignité, l'énergie, la documentation et, dessinées en une synthèse magistrale, les tendances principales du siècle à venir. Engels signalait la leçon fondamentale de cette lutte : «La Commune dut reconnaître d'emblée que la classe ouvrière, une fois au pouvoir, ne pouvait continuer à se servir de l'ancien appareil d'État.» L'État, né dans les sociétés anciennes en tant qu'organe pour la défense des intérêts communs, était devenu au fil des siècle un organe séparé, «au service de ses intérêts particuliers»; cela était évident «non seulement dans la monarchie héréditaire, mais également dans la république démocratique». La Commune n'est pas encore tombée quand, le 17 avril 1871, Marx écrit à Kugelmann: «La lutte de Paris a fait entrer dans une nouvelle phase la lutte de la classe ouvrière contre la classe capitaliste et son État. Quel qu'en soit l'issue immédiate, elle a permis de conquérir une nouvelle base de départ d'une importance historique universelle.» C'est un début car, écrit Cervetto, «l'époque des révolutions prolétariennes, avec leurs inévitables pas en avant et en arrière, ne fait que commencer. La forme démocratique de la révolution bourgeoise a mis des siècles à s'imposer et à s'élaborer; la Commune de Paris, elle, n'a duré que quelques jours. Lénine le sait bien quand il restaure la découverte de Marx, cinquante ans plus tard et quelques mois avant qu'en Russie le mouvement réel la remette à l'ordre du jour de la théorie et de la pratique». La forme politique enfin découverte par les prolétaires de 1871 est ainsi devenue «une nouvelle base de départ» confiée aux générations des communistes.

    7,00 €
  • La Sainte Famille

    « Retournée à son point de départ, la Critique absolue a clos son cycle spéculatif et par là même le cycle de sa propre existence. Son mouvement ultérieur n’est que pur mouvement circulaire sur soi, bien au-dessus de tout intérêt de masse, et par conséquent sans le moins intérêt désormais pour la Masse. »
    Marx et Engels se rencontrent en juillet 1844 et décident de rédiger un pamphlet contre leurs anciens amis jeunes-hégéliens pour en finir avec leur « vieille conscience philosophique ».
    C’est La Sainte Famille, ouvrage publié en février 1845. Le point de vue critique qu’ils adoptent contre Bruno Bauer et les Jeunes hégéliens s’étend aussi à Eugène Sue, à Proudhon, et à d’autres figures de la modernité d’alors qui font l’objet d’une ironie acerbe et éclairée. Cet ouvrage constitue la première collaboration d’ampleur entre Marx et Engels, et donc une étape décisive de leur cheminement intellectuel commun. La Sainte Familleest un document exceptionnel sur l’état d’esprit de ces deux jeunes philosophes et publicistes qui affirment ici leur matérialisme et font leur premier pas vers le communisme.

    Cette nouvelle édition est la réimpression du volume La Sainte Famille publié aux Éditions sociales en 1972.

    édition : mai 2019

    20,00 €
  • Le Capital L.I (tome 1)

    Il s'agit de l"édition en poche en deux tomes établie et annotée par Maximilien Rubel en 1963/1968
    J'étudie dans cet ouvrage le mode de production capitaliste et les rapports de production et d'échange qui lui correspondent. [...] II ne s'agit point ici du développement plus ou moins complet des antagonismes sociaux qu'engendrent les lois naturelles de la production capitaliste, mais de ces lois elles-mêmes, des tendances qui se manifestent et se réalisent avec une nécessité de fer.
    Au premier abord, la marchandise nous est apparue comme quelque chose à double face, valeur d'usage et valeur d'échange. Ensuite nous avons vu que tous les caractères qui distinguent le travail productif de valeurs d'usage disparaissent dès qu'il s'exprime dans la valeur proprement dite. J'ai le premier mis en relief ce double caractère du travail représenté dans la marchandise. [...]
    Tant qu'elle est bourgeoise, c'est-à-dire tant qu'elle voit dans l'ordre capitaliste, non une phase transitoire du progrès historique, mais bien la forme absolue et définitive de la production sociale, l'économie politique ne peut rester une science qu'à condition que la lutte des classes demeure latente ou ne se manifeste que par des phénomènes isolés.
    K. M
    1055 pages édition : mai 2008

    12,10 €
  • Le Capital L.II et III (tome 2)

    Le Capital Livres II et III Édition établie et annotée par Maximilien Rubel La méthode d'analyse que j'ai employée, et qui n'avait pas encore été appliquée aux sujets économiques, rend assez ardue la lecture des premiers chapitres, et il est à craindre que le public français, toujours impatient de conclure, avide de connaître le rapport des principes généraux avec es questions immédiates qui le passionnent, ne se rebute parce qu'il n'aura pu tout d'abord passer outre. C'est là un désavantage contre lequel je ne puis rien si ce n'est toutefois prévenir et prémunir les lecteurs soucieux de vérité. Il n'y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d'arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés. 1270 pages édition poche : mai 2008

    12,50 €
  • Le Capital, L. 1 chap. VI, manuscrit 1863-1867, traduction nouvelle

    Le chapitre VI du livre I du Capital est la seule partie conservée de l'ultime manuscrit préparatoire à la rédaction de l'oeuvre maîtresse de Karl Marx. Bien que ce texte n'ait pas été retenu dans la version parue en 1867 et qu'il soit encore sous divers rapports un brouillon, la richesse de la vue critique d'ensemble qu'il donne du mode de production capitaliste justifie les publications et traductions en nombreuses langues qui en ont été faites depuis sa première publication en 1933.

    290 pages
    édition : janvier 2011

    12,20 €