Aller au contenu

Legois, Monchablon, Morder coord.


  • Legois : Cent ans de mouvements étudiants

    l y a cent ans, en mai 1907, naissait à Lille l’Union nationale des associations générales d’étudiants de France, la première au monde des organisations nationales d’étudiants, plus connue ensuite sous le sigle d’UNEF.
    Nouvel acteur, appelé à jouer un rôle croissant sur la scène sociale et politique française, enfant choyé des autorités, ce mouvement étudiant, exprime rapidement les inquiétudes de classes moyennes éprouvées par la Grande guerre, puis la crise. Pluriel dès l’origine, il est plus ou moins intensément selon les périodes, alimenté par la diversité des courants confessionnels, politiques, culturels du siècle. Le rôle des mouvements étudiants dans la guerre d’Algérie, Mai 68, les mobilisations des années soixante-dix, le mouvement de 1986 ou la lutte contre le CIP en a fait une composante majeure du paysage français, ceux-ci apparaissant même, en 2006 contre le CPE, comme le porte-parole de l’ensemble de la jeunesse, voire de la société.
    Rédigée par une équipe de spécialistes reconnus, l’étude couvre les grandes étapes de cette histoire. Elle aborde ensuite certaines des questions que pose cet objet de recherche encore en friche, telles que les formes de l’associationnisme étudiant, son folklore, les problèmes de l’apolitisme et de l’indépendance, la place dans le monde universitaire, et les réalisations majeures du mouvement en matière de santé, de protection sociale, de pratique sportive, etc.
    Une abondante bibliographie, des documents et chronologies, un index facilitent la consultation.
    Durant toute l’année 2007, il y aura des congrès, colloques, séminaires, parmi lesquels le congrès de l’UNEF le 22 mars à Lille, des congrès d’associations générales dans les villes, des banquets « d’anciens », des expositions et conférences dans diverses universités et un colloque du Germe à l’automne à Paris autour de ce livre qui fait suite à Naissance d’un syndicalisme étudiant (Syllepse, avril 2006).

    Commentaire
    Seize auteurs, chercheurs de toutes disciplines (anthropologie, droit, histoire, sciences politiques, sciences de l’éducation, sociologie) : Michael Attali (m. de conf., Grenoble), Valérie Becquet (m. de conf., IUFM Versailles), David Colon (sciences po Paris), Olivier Dard (prof histoire Univ. Besançon), Didier Fischer (prof d’histoire Rambouillet, auteur de Histoire des étudiants de France), Cécile Hochard (historienne), Brigitte Larguèze (anthropologue), Jean-Philippe Legois (archiviste, pdt du Conservatoire des mémoires étudiantes, Reims), Alain Monchablon (prof agrégé d’histoire, auteur de L’histoire de l’UNEF, pdt Mission CAARME, Reims), Robi Morder (prof associé Univ. de Reims, pdt du Germe, coord. de naissance d’un syndicalisme étudiant), Pierre Moulinier (archiviste paléographe, auteur de La naissance de l’étudiant moderne), Emmanuel Porte (Lyon), Marie-Ange Rauch (spécialiste du théâtre universitaire), Jean Saint-Martin (m. de conf. Grenoble), Françoise Tétard (historienne de l’éducation populaire), Jean-Louis Violeau (auteur des Architectes en Mai 68).

    440 pages édition : mars 2007

    30,00 €