Aller au contenu

Paco Ignacio Taîbo II


  • Paco Ignacio Taïbo II : Le retour des Tigres de Malaisie, plus anti-impérialistes que jamais

    Sandokan le prince malais et son ami le Portugais Yañez de Gomara, les pirates libertaires, héros de Salgari - qui ont hanté les imaginations adolescentes, au même titre que les Trois Mousquetaires -, reviennent sous la plume de Taibo II. Ils ont maintenant soixante ans. Leurs amis et leurs biens font l'objet d'une menace suffisante pour qu'ils réarment leurs bateaux et remobilisent leurs anciens compagnons d'armes. Ils repartent en guerre contre l'impérialisme sous toutes ses formes. Dans ces pages on croise : Friedrich Engels, le professeur Moriarty, des sous-marins sortis de Jules Verne, des sociétés secrètes chinoises, un homme au masque d'argent, des trafiquants d'esclaves, une survivante de la Commune de Paris, des aventuriers de la finance internationale, des fondamentalistes musulmans, des philosophes stoïciens, Old Shatterhand, le héros de Karl May, des banquiers philippins, des espions, tous impliqués dans une aventure extraordinaire sur les traces de plants d'hévéa. Après avoir été à l'origine du néopolar latino-américain, Paco Taibo II réinvente ici, avec la complicité involontaire d'Emilio Salgari, le roman d'aventures du XIXe siècle, en l'assaisonnant de politique, de sexe et surtout de malice littéraire. 310 pages édition : mars 2012

    20,00 €
  • Taîbo II : Le trésor fantôme

    En pleine intervention française au Mexique, entre 1862 et 1867, alors que la guerre civile fait rage entre les "chinacos", les combattants républicains, et les "imperiaux", des aventuriers de tous bords partent à la recherche d'un fabuleux trésor. Roman historique qui retrace la désastreuse épopée de Maximilien de Habsbourg et la résistance de Benito Juarez, le "président errant" contraint à une fuite éperdue à travers son propre pays, Le Trésor fantôme est aussi un formidable roman d'aventures. Y éclate une fois de plus le talent de Paco Taibo pour tisser la toile d'un récit haletant à partir d'histoires croisées et pour dresser une galerie de portraits mémorables : généraux poètes, tortionnaires sans scrupules, têtes brûlées sentimentales, zouaves égarés, curés boulimiques, apaches solitaires, personnages réels (Edouard Manet, Guillermo Prieto - le chroniqueur de la résistance mexicaine) et peones anonymes. Ce récit, entre légende et histoire, a remporté le prix Planeta en 1992. 420 pages édition poche : mars 2008

    10,65 €
  • Taïbo II : Pancho Villa

    Personnage mythique, héros de cinéma, de bandes dessinées et de chansons, Pancho Villa est au coeur de nombreux récits légendaires qu'il a parfois lui-même racontés ou suscités, et qui sont si variés qu'il semble impossible de les démêler. Confronté au manque de fiabilité des témoignages et des sources, Paco Ignacio Taibo s'efforce donc de "tendre l'oreille au coeur de cette rumeur immense et interminable", avec "l'impression d'y être arrié, mais pas toujours". Il en découle pour lui la seule approche possible, celle de la biographie narrativa. Revendiquant sa fascination, il sait qu'il devra aussi être romancier pour cerner au plus juste son personnage, celui qui set devenu l'emblème d'une révolution et l'inspirateur de beaucoup d'autres. "Ceux qui aimeraient que le passé fonctionne comme une Bible, un guide routier, une leçon transparente, un manuel permettant de corriger le présent se trompent de livre", prévient Taibo. "Le passé est cette histoire chaotique qu'on lit de façon conflictuelle dans le présent... Partons du postulat que Pancho Villa ne mérite pas une version édulcorée de lui-même, pas plus que ne la mérite l'auteur de ces lignes, pas plus que ne le méritent évidemment les lecteurs." Paco Ignacio Taibo II est né en 1949 à Gijón, dans les Asturies, en Espagne. En 1958, sa famille, de tradition socialiste, émigre pour le Mexique quand il a neuf ans pour fuir le franquisme qui sévit en Espagne. En 1967, il écrit son premier livre mais ce n'est qu'en 1976 qu'il publie son premier polar Jours de combats, où il met en scène pour la première fois son héros, le détective Héctor Belascoarán Shayne. Il choisit le pseudonyme de Paco Ignacio Taibo II pour se différencier de son père, célébrité de la télévision mexicaine. Il a écrit une quarantaine de livres, ainsi que des biographies de Che Guevara et Pancho Villa. En 2005, il écrit avec le sous-commandant Marcos le roman Des morts qui dérangent. 945 pages édition : février 2009

    30,50 €
  • Taïbo II : Pancho Villa t.2

    Personnage mythique, héros de cinéma, de bandes dessinées et de chansons, Pancho Villa est au coeur de nombreux récits légendaires qu'il a parfois lui-même racontés ou suscités, et qui sont si variés qu'il semble impossible de les démêler. Confronté au manque de fiabilité des témoignages et des sources, Paco Ignacio Taibo s'efforce donc de "tendre l'oreille au coeur de cette rumeur immense et interminable", avec "l'impression d'y être arrié, mais pas toujours".
    Il en découle pour lui la seule approche possible, celle de la biographie narrativa. Revendiquant sa fascination, il sait qu'il devra aussi être romancier pour cerner au plus juste son personnage, celui qui set devenu l'emblème d'une révolution et l'inspirateur de beaucoup d'autres.
    "Ceux qui aimeraient que le passé fonctionne comme une Bible, un guide routier, une leçon transparente, un manuel permettant de corriger le présent se trompent de livre", prévient Taibo. "Le passé est cette histoire chaotique qu'on lit de façon conflictuelle dans le présent... Partons du postulat que Pancho Villa ne mérite pas une version édulcorée de lui-même, pas plus que ne la mérite l'auteur de ces lignes, pas plus que ne le méritent évidemment les lecteurs."
    édition : octobre 2012

    11,00 €