Aller au contenu

Byskov, Gunner


  • Byskov Gunner : Marinus, photomontages satiriques 1932-1940

    Article tiré du site : photographie.com Les avancées se font souvent par bonds et simultanément à plusieurs endroits, et tel fut aussi le cas pour les débuts du photomontage politique. John Heartfield a soutenu l’avoir inventé au mois de mai 1916, mais dès janvier 1916, les premiers montages étaient apparus dans la revue française J’ai Vu. Le photographe et journaliste danois Marinus Jacob Kjeldgaard y participa selon toute vraisemblance. Bien des années après, il allait devenir célèbre pour ses remarquables photomontages qui, durant la période de 1932 à 1940, firent, semaine après semaine, la couverture de l’hebdomadaire parisien Marianne. Lorsqu’il commentait des difficultés économiques ou des désordres politiques, il montrait des hommes politiques français dans des situations cocasses, mais là où il révélait tout son talent, c’était quand il épinglait les dictateurs européens Hitler, Mussolini et Staline. Dès 1933, trois semaines après que Marinus eut fait un montage avec Hitler en King Kong, Marianne fut interdit en Allemagne, et jusqu’à sa fermeture en août 1940, les photomontages de la couverture de l’hebdomadaire furent une épine au pied des Allemands. En tout, Marinus réalisa environ 250 photomontages pour Marianne, dont 191 parurent en couverture en tant que commentaires indépendants de l’évolution politique en France et en Europe. Quand les Allemands envahirent Paris, ils razzièrent les locaux de la rédaction de Marianne, et le journal comme Marinus tombèrent peu à peu dans l’oubli. Aujourd’hui, cette histoire a été retrouvée par l’historien de la photographie Gunner Byskov, qui a réuni les 60 photomontages originaux existants ainsi que tous les journaux. Cette exposition est l’occasion de découvrir une voix antifasciste de la France des années 30, et d’apprécier la manière dont un photographe talentueux utilisait, pour son travail de montage, les chefs-d’oeuvre de la peinture et les photos de presse de films connus . On y voit aussi comment un humour insidieux pouvait être utilisé pour fustiger les va-t-en-guerre nazis. Et tout en prenant plaisir à regarder ces remarquables photomontages, on ne peut que s’étonner qu’ils aient été oubliés pendant si longtemps. 185 pages édition: septembre 2008

    25,00 €