Aller au contenu

Vatinel, Pascal


  • Vatinel : Le chant des Galahs

    Article de Nicolas Benies sur le blog https://entreleslignesentrelesmots.blog

    Pascal Vatinel dans « Le chant des galahs » fait pénétrer à la fois dans la région quasi désertique de Goldfields-Espérance, en Australie, dans les us et coutumes des Aborigènes et dans la prise de conscience d’un policier honnête qui découvre son pays et ses corruptions comme ses préjugés meurtriers.
    La référence à Arthur Upfield, le père du polar ethnologique, vient immédiatement à l’esprit via un policier issu des tribus existantes. Au-delà, l’intrigue est clairement inscrite dans notre époque, 2018, qui met en scène un groupe de scientifiques et de mercenaires – dont un venant d’Afrique du Sud – dont le but, sous prétexte de lutte contre la crise écologique, est de spolier les Aborigènes pour s’approprier leur territoire. Des champs d’or pour ces capitalistes sans scrupule.
    Archie Anderson, descendant d’Ecossais – un clin d’œil à Upfield – est tout jeune sortie de l’école de police. Il découvre ces territoires, l’amour et les Aborigènes sans compter le poids des groupes politiques d’extrême droite centré autour de la suprématie de l’homme blanc qui gangrènent la police. Il survivra difficilement à tous ces dangers pour apprendre le respect mutuel et les limites de la justice face à la force du capital.
    La description du plan forgé par les fonds d’investissement est crédible et éclaire la citation de Goethe : « Celui qui veut tromper les hommes doit avant tout rendre l’absurde plausible. » Ou comment utiliser la nécessité de la lutte pour la préservation de l’environnement en une vaste entreprise de faire des profits sur le dos des plus démunis. Une manière aussi de prévenir que tout ce qui apparaît comme vert n’est pas forcément honnête à partir du moment où il est question de valoriser des capitaux. Une interrogation sur le « capitalisme vert ».

    édition : mai 2021

    12,90 €
  • Vatinel : Parce que le sang n'oublie pas

    Pékin, avril 2009. Le journaliste Thomas Kessler n'imagine pas, en prenant ses quartiers dans un hôtel où il a ses habitudes, qu'il va plonger dans un passé d'une horreur absolue. Son ami Donald Wu, journaliste du China Daily, lui demande en effet de l'aider à retrouver un Japonais, anciennement major dans l'armée nippone, qui s'est conduit d'une manière hautement condamnable lors du massacre de Nankin en 1937. Wu n'a que peu d'informations pour l'identifier. Mais les témoignages patiemment accumulés confirment que cet officier a profité de sa position pour se livrer aux crimes les plus sadiques, et pour s'enrichir en détournant à son profit des collections d'une valeur inestimable. Pour le retrouver, Kessler s'envole pour Tokyo où il reçoit l'aide précieuse de son confrère Mizuno et celle de Wada Miyoko, brillante universitaire. Avec eux, il entre dans la mémoire de sang du Japon, où certains criminels de guerre n'ont jamais été jugés et sont aujourd'hui encore célébrés comme des héros. Avec ce roman, Pascal Vatinel nous conduit au coeur du Japon du XXIe siècle, à la rencontre des samouraïs des temps modernes qui vivent à l'ombre des plus antiques traditions. 465 pages édition : janvier 2012

    9,70 €