Aller au contenu

Laurence De Cock


  • De Cock : Paniques identitaires

    Femmes en burkini suscitant des bagarres, cafés noyautés par des musulmans et "interdits aux femmes", viols effectués par cinquante individus musulmans à Francfort... Depuis quelques années, des informations inventées de toutes pièces ont pris de l'ampleur dans les grands médias, dans le but d'entretenir la peur d'un ennemi supposé menacer la nation et ses valeurs.
    Ces paniques identitaires ne sont pas de simples rumeurs : elles apparaissent dans un contexte de défiance démocratique et sont relayées par des journalistes et des politiques, avant de s'évanouir du jour au lendemain. Mettant en scène le corps pur de la nation à protéger contre les Roms, les musulmans mais aussi l'héritage de Mai 68, la diversité, la "théorie du genre" et le communautarisme, ces récits révèlent en creux les formes actuelles de la domination et de la stigmatisation.
    Dans ce livre, une dizaine de spécialistes en sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, science politique) montrent en quoi ces paniques identitaires viennent nourrir le renouveau du nationalisme français, en train de se reformuler et d'occuper presque tout l'espace médiatique.

    édition : avril 2017

    12,00 €
  • De Cock Laurence : Sur l'enseignement de l'histoire

    Débats, programmes et pratiques de la fin du XIXe siècle à nos jours Comment sortir des sempiternelles lamentations sur les programmes ou les manuels d’histoire ? Peut-être en posant autrement les questions soulevées par l’enseignement de cette discipline si sensible ; sans doute aussi en donnant à voir de cet enseignement d’autres angles que les polémiques auxquelles nous ont habitués les commentateurs médiatiques ou les prophètes du désastre qui vient.
    L’histoire d’une discipline scolaire est inséparable de celle de ses acteurs, ses lieux, ses outils, ses espaces de discussions ou de conflits. L’histoire est bien une matière vivante dont on ne peut saisir la saveur sans entrer dans les coulisses de sa fabrication, de ses transformations, et de ses modes de transmission et d’appropriation.
    C’est ceci qui est tenté ici : une histoire par en bas et par les praticien·ne·s depuis le XIXe siècle, qui revisite quelques certitudes et témoigne de l’ancienneté et de la récurrence de débats qui sont pourtant toujours présentés comme inédits.
    Ce livre s’adresse à celles et ceux qui souhaitent comprendre les ressorts d’une des « passions françaises », se plonger dans une autre manière de penser l’histoire à l’école et réfléchir aux vertus émancipatrices d’un enseignement libéré de ses geôliers

    édition : mars 2018

    17,00 €