Aller au contenu

Atwood, Margaret


  • Atwood Margaret : Le tueur aveugle

    1945. Dix jours après la fin de la guerre, Laura se jette d'un pont au volant d'une voiture. Elle laisse à sa soeur aînée, Iris, un roman posthume au parfum de soufre, « Le Tueur aveugle ».
    Cinquante ans plus tard, Iris égrène ses souvenirs et raconte leur histoire... Avec en toile de fond la saga de notre siècle, le destin bouleversant de deux soeurs liées par des secrets de famille et des mensonges assassins. En se remémorant sa vie - et quelques morts mystérieuses -, Iris n'évoque pas seulement un passé complexe.
    Elle fait naître un lumineux univers romanesque que composent les couleurs vives et poignantes de la cruauté humaine, de l'amour et du péché. Margaret Atwood nous offre ici un de ses plus beaux romans, lauréat du Booker Prize 2000.

    édition : novembre 2020

    8,80 €
  • Atwood Margaret : Les testaments

    Margaret Atwood a écrit La Servante Écarlate, un récit dystopique, en 1985. Sa force réside dans le fait qu’en réussissant à le rendre universel et surtout intemporel, elle peint un portrait terrifiant de l’Amérique d’aujourd’hui.

    Dans un contexte d’effondrement de la fertilité, un groupe de fanatiques religieux prend le pouvoir et fonde la République de Gilead. Dans ce régime théocratique, le peu de femmes encore fertiles est réduit au rand d’esclave sexuel, privées de tout, même de leur nom. Leur corps n’est plus qu’une marchandise entièrement dévouée au « commandant » qu’elles doivent servir et à leurs épouses. Comme toutes les servantes, June est renommée selon le prénom de son maître, DeFred. Cette appellation est temporaire puisque dès qu’elle aura produit un enfant, elle sera affectée chez quelqu’un d’autre afin accomplir sa mission, c’est à dire être violée une fois par mois et peut être tomber enceinte et c’est tout. Elle se souvient avec effroi du temps où elle avait le droit de lire, de travailler, de vivre avec sa fille et son mari. Mais son instinct de survie et l’obsession de retrouver sa famille lui font rejoindre un réseau de résistance secrète, MayDay. La série adaptée de ce livre, avec une Elisabeth Moss époustouflante dans le rôle de June a rencontré un énorme succès, tellement mérité.

    En 2019, Margaret Atwood offre à La Servante Écarlate la conclusion tant attendue, Les Testaments.15 ans après les évènements du premier opus, la République de Gilead est toujours au pouvoir mais commence à pourrir de l’intérieur. Trois femmes aux vies radicalement différentes vont être rassemblées. Les lecteurs qui ont vu la série sauront immédiatement de qui il s’agit. L’une est une adolescente qui a grandit au Canada, l’autre est une jeune femme de Gilead et la dernière fait partie des bourreaux de ce régime.
    Hélène

    édition : octobre 2020

    12,00 €
  • Atwood Margaret: La servante écarlate

    Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles.
    Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l'austérité monacale, elle songe au temps ou les femmes avaient le droit de lire, de travailler...
    En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s'est vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n'est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n'a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d'oeuvre de Margaret Atwood, diffusée sous le titre original The Handmaid's Tale, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

    édition : juin 2017

    12,50 €