Aller au contenu


  • Affiches Espagne 1936

    Espagne 1936-1939. la révolution avait aussi des couleurs. Les affichent des combattant-e-s de la liberté. Le temps des cerises, le mur des Fédérés, un gréviste le poing levé, une barricade, un pavé et des affiches sur les murs de la Sorbonne... Toutes ces icônes sont définitivement associées à la Commune de Paris, au Front populaire, à Mai 68. Pour l'Espagne entre 1936 et 1939, que reste-t-il dans nos mémoires ? Un slogan : No Pasaran ! Une photo de Robert Cappa : un milicien anarchiste fauché par une balle franquiste. Un tableau : Guernica. Une, voire, dix affiches... Toujours les mêmes. Pourtant, en moins de trois ans, 3 000 affiches ont été imprimées. Plus de 3 000 " cris " collés sur les murs de Barcelone, Bilbao, Madrid, Malaga, Valence... Ce livre vous propose de découvrir deux cents affiches, timbres, cartes postales, éditées par les organisations libertaires : CNT, FAI, FIJL, Mujeres Libres, SIA... Deux cents sur plusieurs milliers c'est peu, mais c'est suffisant pour vous forger une opinion. Deux cents affiches pour réhabiliter ceux qui les ont dessinées : une soixantaine de graphistes a été identifiée, une vingtaine de biographies vous est présentée. Deux cents pour constater que leur production a été plus variée que la légende ne le dit. Pour comprendre la situation sociale, culturelle d'un quartier, d'une ville, d'un pays, il suffit de regarder ce que racontent leurs murs. C'est le pari que nous avons pris dans cet ouvrage. Ouvrez ce livre, découvrez ce que nous disent les murs de l'Espagne antifasciste. Editions Libertaires, Parution 2007

    35,50 €
  • Bozarslan : Révolution et état de violence : Moyen Orient 2011-2015.

    Les contestations révolutionnaires de 2011 ont, pour un temps, changé les termes du débat dans la "rue arabe" mais aussi le regard que le reste du monde portait sur les sociétés moyen-orientales. L'héritage de la domination ottomane, le colonialisme et le post-colonialisme, l'autoritarisme, l'islamisme, la question palestinienne... semblaient, durant cette courte période, cesser de fournir les clefs d'intelligibilité du monde arabe. Tout convergeait, enfin, pour laisser supposer que le djihadisme des années 1980-2000 cédait place à une communion universelle entre ce monde et l'Occident.
    Pourquoi les promesses de 2011 ont-elles finalement été suivies d'un état de violence et d'effondrement social dans de nombreuses sociétés ? Comment ces révolutions ont-elles fait bouger les lignes de force structurant le monde arabe ? Quelles étaient les différentes structurelles et conjoncturelles entre la Tunisie et l'Egypte d'une part, les autres sociétés arabes de l'autre ? Quelles sont les conditions permettant à une crise révolutionnaire de devenir un moment de vérité aussi bien pour les pouvoirs que pour les sociétés ?
    C'est à ces questions que répond Hamit Bozarslan, dans un essai aussi limpide que nécessaire. Editions du CNRS, Avril 2015

    25,00 €
  • CCC : Marx et l'appropriation sociale

    Introduction 11 Les figures de l'appropriation sociale chez Marx Perspectives et enjeux Figures de l'appropriation sociale Ambiguïtés et dérives Esquisses et problèmes Henri Mater 55 La question de l'appropriation sociale Le moment du Marifeste ou le passage des moyens de production des «mains de l'État» aux «mains des individus associés » La position de Marx à l'égard du mouvement coopératif dans les années 60 du 19è siècle et au-delà. La Guerre civile en France, Marx et Proudhon Conclusion Discussion annexe Jacques Texier 101] Étatisation de la production, bureaucratie et despotisme d'usine Antoine Artous 117] Notes et bibliographie 130 pages édition : décembre 2003

    7,00 €
  • Collectif : Pour un portrait de Pierre Frank

    Collectif : Pour un portrait de Pierre Frank Ecrits et témoignages Editions La Brèche – 1985 – 205 pages Bon état, pages jaunies, 210 pages

    6,00 €
  • Dorlin : La matrice de la race

    La race a une histoire, qui renvoie à l'histoire de la différence sexuelle. Au XVIIe siècle, les discours médicaux affligent le corps des femmes de mille maux : " suffocation de la matrice ", " hystérie ", " fureur utérine ", etc. La conception du corps des femmes comme un corps malade justifie efficacement l'inégalité des sexes. Le sain et le malsain fonctionnent comme des catégories de pouvoir. Aux Amériques, les premiers naturalistes prennent alors modèle sur la différence sexuelle pour élaborer le concept de " race " : les Indiens Caraïbes ou les esclaves déportés seraient des populations au tempérament pathogène, efféminé et faible. Ce sont ces articulations entre le genre, la sexualité et la race, et leur rôle central dans la formation de la Nation française moderne qu'analyse Elsa Dorlin, au croisement de la philosophie politique, de l'histoire de la médecine et des études sur le genre. L'auteure montre comment on est passé de la définition d'un " tempérament de sexe " à celle d'un " tempérament de race ". La Nation prend littéralement corps dans le modèle féminin de la " mère ", blanche, saine et maternelle, opposée aux figures d'une féminité " dégénérée " - la sorcière, la vaporeuse, la vivandière hommasse, la nymphomane, la tribade et l'esclave africaine. Il apparaît ainsi que le sexe et la race participent d'une même matrice au moment où la Nation française s'engage dans l'esclavage et la colonisation. Elsa Dorlin est maître de conférences en philosophie à l'université Paris-I. Ses travaux portent sur le racisme, l'histoire des sciences et les théories féministes. Paru en novembre 2009, 306 pages, 12.5 euros

    13,50 €
  • Eux, c'est nous.

    Agissons ensemble avec un livre !
    Face au plus grand exode depuis la Seconde Guerre mondiale, nous, éditeurs jeunesse, avons décidé de réaffirmer des valeurs fortes d'accueil et de solidarité à l?égard des réfugiés, et d'expliquer à notre public les enfants, les jeunes lecteurs et les adultes qui les entourent les fondements et les enjeux de cette actualité.
    Pour la première fois, via un collectif créé pour la cause, nous publions ensemble un livre : Eux, c'est nous. L'intégralité des ventes sera reversée à la CIMADE, association oeuvrant depuis des années auprès des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile.
    Daniel Pennac, grande voix de la littérature, invite dans un texte vibrant à réfléchir et à raisonner, pour mieux ouvrir grands notre cœur et notre esprit et accueillir les réfugiés. Puis les huit lettres du mot REFUGIES introduisent huit courts textes de Jessie Magana et Carole Saturno (R comme Réfugié, E comme Etranger, F comme Frontière, etc?), expliquant les situations vécues par ces hommes, ces femmes et ces enfants en souffrance. Serge Bloch, dessinateur pour la presse et l'édition en France comme à l'étranger, apporte l'humanité de son trait pour incarner tout au long du livre cette volonté d'accueil et les situations évoquées.
    édition : novembre 2015

    3,00 €