Aller au contenu

Richard, Lionel


  • Richard Lionel : Goebbels, portrait d'un manipulateur

    Dans les images documentaires de l’Allemagne nazie, Goebbels est partout. Apothéose du tragique et du pathétique, en 2005, une séquence du film La Chute lui est réservée : son suicide et celui de sa femme, le 1er mai 1945, après le meurtre de leurs six enfants. Pourtant, au-delà de ces apparitions insistantes, de ces évocations anecdotiques, le public en sait-il beaucoup sur son environnement familial, sa personnalité, sa formation, sa vie ? Il est temps de mettre fin au « mythe » répandu par certains auteurs allemands au lendemain de 1945. Pour accréditer la thèse d’une Allemagne “victime” de “déments diaboliques”, ils voyaient en Goebbels le “démon” en action. Dans le monde d’aujourd’hui, où propagande et “désinformation” s’amplifient, l’activité du ministre nazi visant à modeler l’opinion publique n’a jamais été aussi instructive. Cet ouvrage dresse le portrait d’un polémiste impitoyable à l’égard de ses adversaires, d’un manipulateur conscient et cynique, d’un virtuose de la ruse et de la séduction, d’un jusqu’au-boutiste blasé. Il s’en dégage en même temps, grâce à une multitude de citations tirées des textes mêmes de Goebbels – ses écrits “littéraires”, ses articles, ses allocutions radiophoniques, ses discours –, un tableau suggestif de l’Allemagne nazie. Citation tirée de Le Monde diplomatique, février 2009 : Page après page, l'auteur rend compte de l'“art” de Joseph Paul Goebbels en matière de manipulation de masse : organisation d'immenses rassemblements et défilés, utilisation massive de la radio, instrumentalisation du cinéma, etc. Mais il retrace aussi, avec un grand souci d'exactitude, le parcours de ce jeune bourgeois conformiste, né dans une famille de paysans enrichis, handicapé, dépressif et pour tout dire raté jusqu'à la rencontre avec le national-socialisme. […] L'historien décrit on ne peut mieux comment le hiérarque s'est radicalisé avec l'idéologie dans laquelle il s'était enfermé, au fur et à mesure des défaites de la Wehrmacht. 280 pages édition : mars 2009

    20,20 €