Aller au contenu

Bihr, Alain


  • Bihr : L'actualité d'un archaïsme. La pensée d'extrême droite et la crise de la modernité

    Alain Bihr remet en cause deux présupposés couramment partagés par les adversaires de l'extrême droite. Le premier: l'idéologie d'extrême droite ne serait qu'un fatras incohérent de thèmes et d'idées, fatras affecté d'un fort coefficient d'irrationalité. A. Bihr s'efforce de restituer la cohérence interne de cette idéologie qui lui assure une certaine ampleur, lui confère un style propre et lui permet de séduire des secteurs significatifs de la société et aussi de l'intelligentsia. Le second: l'idéologie d'extrême droite serait purement liée à la persistance d'éléments culturels, socio-politiques et psychologiques archaïques. A. Bihr met en évidence l'actualité de cette idéologie, sa fonctionnalité au regard de certains éléments majeurs de la modernité - notamment la crise du sens (ou crise symbolique) - dans laquelle cette idéologie est chroniquement installée. ALAIN BIHR est docteur en sociologie et enseigne la philosophie à Strasbourg. Il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages parmi les quels: Déchiffrer les inégalités, Syros, 1995; Hommes/femmes: l'introuvable égalité, Les Editions de l'Atelier, 1996 (ces deux ouvrages avec Roland Pfefferkorn); Le spectre de l'extrême droite. Les Français dans le miroir du Front national, Les Editions de l'Atelier, 1998. 191 pages Edition : 1999

    14,95 €
  • Bihr : La reproduction du capital. Protégomènes à un théorie générale du capitalisme. Tome 1 et 2

    II est grand temps de se remettre à lire Marx.
    Ou plutôt de se mettre à le lire, maintenant que l'on est heureusement débarrassé de la masse des commentaires, hostiles ou favorables, qui ont trop longtemps interdit ou biaisé l'accès direct à son ceuvre. Celle-ci se révèle alors étonnamment actuelle, capable d'éclairer les processus fondamentaux qui façonnent et transforment notre monde. C'est une telle (re)lecture que propose cet ouvrage, en la centrant sur le concept de reproduction du capital, qui se situe à l'horizon de la pensée de Marx.
    L'auteur montre ainsi que ce concept est le point de convergence de toute une série de lignes de force mais aussi de lignes de fuite de cette dernière; le point à partir duquel l'unité de la critique marxienne de l'économie politique peut s'apercevoir et se concevoir, mais à partir duquel aussi les insuffisances de cette critique se révèlent et les raisons de son inachèvement s'expliquent; le point à partir duquel enfin le dépassement de cette critique peut s'envisager, en ouvrant sur le projet d'une théorie générale du capitalisme, d'une critique d'ensemble de la civilisation du capital.
    Développant une approche à la fois pédagogique et originale du Capital, ce livre s'adresse aussi bien à ceux qui se proposent de (re)découvrir Marx qu'à ceux qui ont envie de s'appuyer sur lui pour penser par eux-mêmes, y compris contre lui.

    Alain BIHR est maitre de conférences en sociologie à l'Université de Haute Alsace (Mulhouse). Il a notamment publié L'actualité d'un archaïsme (1998) et Le crépuscule des Etatsnations (2000) aux Editions Page deux; ainsi que Déchiffrer les inégalités, 2e édition, Syros (1999) et Hommes/femmes, l'introuvable égalité, 2e édition, Editions de l'Atelier (à paraitre en 2002), ces deux derniers ouvrages en collaboration avec Roland Pfefferkorn.

    50,00 €
  • Bihr : Le crépuscule des états-nations

    TABLE DES MATIERES : Introduction Mise au point sur les concepts de nation et de nationalisme De l'Etat « inséré » à l'Etat «démultiplié» Le devenir des récentes politiques d'aménagement du territoire Politiques de développement local : des illusions aux effets pervers Demain la nation? Le front national en Alsace: une exception en trompe-l'oeil- La nation dans le discours du Front national Identité menacée, identité menaçante:l' Europe dans l'imaginaire du Front national L'extrême droite en Europe occidentale: unité et diversité du phénomène Pour une euthanasie de la nation La démocratie au défi Notes 210 pages édition : 2000

    18,00 €
  • Bihr : Le premier âge du capitalisme T.1, l'expansion européenne

    Le premier âge du capitalisme, c'est celui qui, du XVe au milieu du XVIIIe siècle, voit l'Europe occidentale partir à l'assaut des continents américain, africain et asiatique. Dans ce premier tome, Alain Bihr se penche sur cette expansion en détail. Il montre comment, par le biais du commerce forcé et déloyal, de l'échange inégal ou, plus directement encore, par la réduction au servage ou à l'esclavage de leurs populations, les sociétés qu'elle a affectées ont vu leurs propres circuits d'échange perturbés, leurs structures productives altérées, leurs pouvoirs politiques traditionnels instrumentalisés ou détruits. Avec pour principal résultat de soutenir la dynamique de formation du capitalisme en Europe même. Loin de verser dans le misérabilisme, l'auteur insiste cependant sur la résistance que ces sociétés ont su opposer aux Européens. Résistance inégale, fonction de leur développement historique antérieur, auquel l'ouvrage prête à chaque fois une grande attention, en fournissant de la sorte un panorama du monde à l'aube des temps modernes. En dernier lieu, l'auteur souligne les divergences entre les Etats européens qui vont se lancer dans cette aventure, les rivalités et conflits qui vont les opposer et redistribuer les cartes entre eux à différentes reprises, les bénéfices fort inégaux qu'ils vont en retirer. Autant de points dont la pleine explication est renvoyée aux deux tomes suivants de l'ouvrage. édition : septembre 2018

    30,00 €
  • Bihr : Le premier âge du capitalisme T.2 L'Europe occidentale 1415-1763

    Ce deuxième tome de "Le premier âge du capitalisme" est intitulé "La marche en avant de l'Europe occidentale vers le capitalisme". Il analyse méthodiquement les voies et les formes sous et lesquelles se poursuit, du 15e au 18e siècle, la transition de l'Europe occidentale du féodalisme au capitalisme, sous l'impulsion de l'expansion commerciale et coloniale outre-mer dont a traité premier tome, "L'expansion européenne".
    S'arrêtant notamment sur le déploiement multiforme de la manufacture, les prodromes de l'industrie mécanique, la formation des premiers marchés proprement capitalistes, la mise en oeuvre des politiques mercantilistes, mais loin de s'en tenir aux seuls aspects économiques de ce processus pluriséculaire, il en scrute tout aussi bien les facettes sociales, politiques et culturelles. Il comprend donc des développements consacrés : à la transition d'une société d'ordres à une société de classes ; à la formation d'un nouveau type d'Etat, dont la monarchie absolue est le principal mais non pas le seul avatar ; à ces révolutions culturelles majeures qu'ont été la Réforme, la Renaissance et les Lumières ; enfin à l'émergence d'un nouveau type d'individualité cultivant son autonomie, appelé à un bel avenir dans les âges ultérieurs du capitalisme.

    édition : mars 2019

    30,00 €
  • Bihr : Le premier âge du capitalisme T3 un premier monde capitaliste

    Concluant sa somme sur le premier âge du capitalisme, Alain Bihr explore dans les deux volumes du troisième tome la constitution d'un premier monde capitaliste. Il en traverse les différents cercles, en partant de son centre et en progressant vers ses marges. Ainsi sont examinées les différentes puissances d'Europe occidentale qui ont été, tour à tour, motrices de l'expansion outre-mer. Saisir les avantages respectifs dont ces puissances ont successivement tiré parti renvoie à leurs relations conflictuelles et aux rapports de force entre les ordres et classes qui les constituent.
    La Grande-Bretagne, s'appuyant sur les Provinces-Unies et les acquis de sa révolution bourgeoise, finit par en sortir victorieuse, au détriment de la France. L'auteur revient régalement sur le statut semi-périphérique et la forte hétérogénéité des Etats d'Europe baltique, centrale, orientale et méditerranéenne qui, cause et effet à la fois, ne peuvent prendre part à l'expansion européenne. Toutefois, certaines d'entre elles (la Savoie, la Prusse, la Russie) pourront réunir des conditions leur permettant, par la suite, de jouer dans la "? cour des grands ? ".
    L'ouvrage examine enfin les principales forces sociales marginales, affectées par l'expansion européenne mais encore capables d'y résister et, dès lors, de se développer selon leur logique propre. Ce qui explique à la fois pourquoi le capitalisme n'a pas pu naître dans la Chine des Ming et des Qing, en dépit de ses atouts évidents, et pourquoi, en se fermant, le Japon féodal a au contraire préparé les conditions de son rapide rattrapage capitaliste à l'époque Meiji. Alain Bihr renouvelle et enrichit, grâce aux acquis historiographiques les plus récents, les intuitions et les analyses qui ont jalonné l'histoire du développement capitaliste. La dimension narrative et descriptive n'est pas le moindre atout de ce travail.

    édition : novembre 2019

    45,00 €