Aller au contenu

Markaris, Petros


  • Markaris : Epilogue meurtrier

    À Athènes, Katérina, la fille bien-aimée du commissaire Charitos, se fait tabasser par des nervis d’Aube dorée. Puis cinq meurtres se succèdent, tous revendiqués par un groupe qui se fait appeler « les Grecs des années 50 ».
    Le commissaire a fort à faire. D’une part il lui faut pourchasser les néo-nazis, les empêcher de perpétrer leurs sinistres exploits et retrouver les agresseurs de sa fille; d’autre part il doit enquêter et remonter la piste embrouillée jusqu’au mystérieux groupe dont le nom évoque les sombres années de la guerre civile, marquées par la répression et la misère.
    Chemin faisant, il va se heurter à une administration corrompue qui entrave l’économie, à des policiers contaminés par l’extrême droite, à des concitoyens hostiles aux étrangers.
    Une fois de plus, Petros Markaris, en pédagogue plein d’humour, nous offre des explications claires à des notions complexes. Épilogue meurtrier conclut magnifiquement la trilogie de la crise grecque.
    Petros Markaris, né en 1937 à Istanbul d’une mère grecque et d’un père arménien, vit à Athènes. Auteur dramatique, traducteur (de Brecht et de Goethe), scénariste de Theo Angelopoulos, il est la voix de son pays et appartient à la famille des auteurs de romans policiers en colère, comme Mankell et Montalbán. Ses enquêtes du commissaire Charitos connaissent le succès dans nombre de pays.
    Edition : novembre 2016

    7,20 €
  • Markaris : Le justicier d'Athènes

    À mort les fraudeurs fiscaux !

    La Grèce en 2011 : la crise économique s’aggrave. Certains riches vivent bien mais ne paient pas leurs impôts ; les pauvres sont partagés entre révolte et désespoir. Le commissaire Charitos, lui, s’ennuie… jusqu’au jour où le cadavre d’un chirurgien renommé qui profitait de la mauvaise gestion du système de santé est découvert au cimetière du Céramique. Au cœur de l’affaire, un percepteur anonyme qui fait chanter les riches fraudeurs fiscaux et n’hésite pas à mettre ses menaces à exécution en usant de méthodes héritées de l’Antiquité. Ce sont ensuite les hommes politiques ayant favorisé naguère la fraude fiscale qui sont inquiétés. Le gouvernement s’affole alors que Charitos est confronté à sa conscience.

    Après Liquidations à la grecque, prix « Le Point » du Polar européen 2013, ce deuxième volet de « La trilogie de la crise » est, sous sa forme divertissante, un commentaire social et politique cinglant.
    Petros Markaris, né en 1937, romancier, auteur dramatique, traducteur, et scénariste, il vit à Athènes.

    édition : 9/2013

    7,50 €
  • Markaris : Liquidation à la grecque

    Mort aux banquiers !

    Athènes. On retrouve plusieurs personnalités du monde de la finance décapitées, tandis que des tracts inondent la ville, appelant les clients des banques à ne plus rembourser leurs emprunts. Le commissaire Charitos mène l’enquête une fois de plus, affrontant quelques redoutables personnages (dont certains de ses collègues), les éternels embouteillages d’Athènes et la crise qui ravage le pays. La patience et l’humanité de ce Maigret hellène le mèneront jusqu’à un bien étrange assassin, tout en faisant découvrir au lecteur une Grèce criante de vérité, décrite avec une ironie mêlée de tendresse.
    Charitos n’est pas au bout de ses peines : Liquidations à la grecque constitue le premier volet d’une Trilogie de la crise où nous les retrouverons, lui et son pays, « où tout peut s’expliquer par la démence ».
    Petros Markaris, né en 1937 à Istanbul d’une mère grecque et d’un père arménien, vit à Athènes.

    édition 2012

    7,80 €
  • Markaris : Offshore

    Dans une Grèce dirigée par un nouveau parti ni-de-droite-ni-de-gauche, l'argent afflue soudainement, les crimes aussi. Aux yeux du commissaire Charitos, tout cela est louche. Comme le triple assassinat d'un cadre supérieur de l'office du tourisme, d'un armateur et d'un journaliste à la retraite. Et ces immigrés qui avouent leur crime avec un empressement suspect ? Seraient-ils des paravents dissimulant les vrais coupables ? Corruption, blanchiment d'argent, assassinats… la crise grecque est-elle vraiment finie ? Petros Markaris est né en 1937 à Istanbul d'un père grec et d'une mère arménienne. Romancier, dramaturge, traducteur et scénariste, il se fait la voix de la Grèce d'aujourd'hui.
    Dans Offshore, Petros Markaris imagine une Grèce qui se retrouverait à nouveau en pleine forme. Mais à quel prix. édition : février 2019

    7,70 €
  • Markaris : Pain éducation liberté

    2014. A Athènes, la survie quotidienne est de plus en plus difficile pour les citoyens appauvris et pour les immigrés harcelés. C'est alors qu'un tueur en série jette son dévolu sur des personnalités d'envergure issues de la génération de Polytechnique qui, après s'être rebellées contre la junte militaire, ont eu une carrière fulgurante. Le criminel reprend le célèbre slogan des insurgés de l'époque pour formuler sa revendication : "Pain, éducation, liberté".

    Qui se cache derrière ces meurtres ? Un membre de l'extrême droite ou un ancien gauchiste mû par le désir de vengeance ? Le commissaire Charitos, privé de son salaire depuis trois mois, tente avec sa ténacité habituelle de comprendre les mobiles du coupable. Pain, éducation, liberté est le troisième volet de la trilogie de la crise grecque, après Liquidations à la grecque (prix Le Point du Polar européen 2013) et Le Justicier d'Athènes.

    Edition : Points Seuil 3/2015

    6,90 €