Aller au contenu

Vilar, Jean-François


  • Vilar Jean-François : Les exagérés

    « Une trame romanesque incroyablement riche (...) Le thriller le plus révolutionnaire de l'année. » Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur « Une qualité très particulière de mélancolie romanesque. » Jacques-Pierre Amette, Le Point « Vous aimez Paris, la Révolution, les romans noirs, l'insolence ? Quatre raisons au moins pour suivre ces Exagérés. » Christian Descamps, La Quinzaine littéraire 453 pages Ré-édition : 2021 (1ère édition : 1989)

    8,30 €
  • Vilar Jean-François : Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués

    Militant de la première heure de la LCR, journaliste à Rouge, Jean François réaffirme dans ce roman noir son très grand talent de conteur et…ses exigences éthiques/esthétiques que nous partageons pleinement. : la rencontre du surréalisme et de l’opposition de gauche, la rencontre des écorchés vifs que sont les Man Ray, les Breton avec les trotskystes qui se battaient sur tous les fronts : la police, le stalinisme, le nazisme. Le nom de votre librairie préférée en est issu.
    L’apparition de cette maladie dégénérative qu’était le stalinisme et sa liquéfaction dans le capitalisme le plus triviale servent de bornes historiques et de toile de fond à l’auteur.
    Ses personnages sont des victimes de l’Histoire, tout autant que des victimes de machinations policières très ordinaires. Mais qui était Alfred Katz assassiné en 1938 et son fils Alex Katz assassiné en 1989?
    Des années 30 aux années 80, le tribu payé par les trotskystes fut énorme. Surtout ne ratez pas ce très grand roman policier écrit de main de maître.
    On peut, on doit comparer Jean-François à Victor Serge, c'est peu dire que sa disparition survenue le mois dernier nous affecte particulièrement.

    Où l'on retrouve Victor B., le photographe de presse qui aime tant les chats, héros nonchalant des romans noirs de Jean-François Vilar. Victor rentre à Paris, après trois années de captivité à l'étranger. Nous sommes en novembre 1989 et le mur de Berlin commence à s'écrouler.
    Son compagnon de détention, Alex Katz, est tué quelques jours plus tard sous les yeux de Victor qui ne croit pas une seconde à la thèse de l'accident.
    L'affaire se noue au fur et à mesure de l'entrée en scène de divers personnages, certains séduisants, d'autres moins. D'abord Solveig, la journaliste d'origine tchèque; ensuite Abigail Stern, qui était la maîtresse de Katz et qui confie à Victor un journal intime écrit par Altred Katz, le père d'Alex, pendant l'année 1938. Et puis, il y a le flic, Laurent, étrange et insistant, et un réalisateur de télévision un peu hors de course.>/br> Le Temps, comme l'Histoire, peut se faire plus ou moins transparent. On suivra, d'une même lecture, le drame présent et l'amour de Solveig et de Victor, tandis que celui-ci, chaque soir, dévore le journal d'Alfred Katz, nous faisant ainsi revivre son histoire d'amour avec la jolie Mila, prostituée à ses heures et modèle nu favori de Man Ray. Les surréalistes sont là, et les trotskystes : ce sont eux, bien sûr, les « fantômes aux fronts troués » qui seront assassinés les uns après les autres par la police de Staline. Les deux récits, celui de 1938 et celui de 1989, vont peu à peu se rapprocher, jusqu’à se fondre littéralement en une magnifique scène d’amour et de déambulation dans le square de la tour Saint-Jacques, une nuit où la peur et la beauté auront la même façon de s’exprimer : la chasse, en effet, n’a jamais cessé. Elle aurait même tendance à reprendre. Comment échapper aux flics déguisés, aux femmes qui sont des agents doubles, à l’Histoire qui vous trompe ? Et, surtout, qui était Alfred Katz ?

    édition : novembre 2O14

    8,80 €