Aller au contenu

Fanxi, Wang


  • Wang Fanxi : La marche de Wang

    Les nôtres Fanxi Wang Personnalité particulièrement attachante et cultivée du trotskysme chinois, Wang Fanxi est mort le 30 décembre 2002, à l'âge de 95 ans. Son engagement politique remonte à 1925, quand il abandonne ses études de littérature pour rejoindre les rangs du Parti communiste. Envoyé à Moscou pour y suivre une formation militaire, il se reconnaît dans les thèses de l'Opposition de gauche sur les causes de la défaite de la révolution chinoise, en 1927. Il est exclu du PCC en 1931. Commence alors un long parcours militant à contre-courant. Il participe à la constitution de l'Opposition de gauche en Chine aux côtés de Chen Duxiu, l'une des principales figures du marxisme asiatique. Il passe une bonne partie des années 1930 dans les prisons du parti Guomindang. En 1949, après la victoire du PCC, il est envoyé à Hongkong pour assurer le lien entre les militants trotskystes restés en République populaire (ils seront pour la plupart arrêtés en 1952) et le monde extérieur. Les autorités coloniales britanniques ne l'entendent pas ainsi, et il est expulsé vers l'enclave portugaise de Macao. Menacé par les services secrets chinois, il finit par s'établir en 1975 en Grande-Bretagne, à Leeds. Wang nous laisse de nombreux écrits : ses mémoires (1) et des travaux littéraires comme politiques (dont une étude sur la pensée de Mao Zedong), qui témoignent d'une intelligence incisive, capable d'un regard critique pénétrant sur le PCC mais aussi autocritique sur l'histoire du trotskysme chinois. Ceux qui l'ont rencontré gardent le souvenir précieux d'un homme d'une très grande modestie et gentillesse ; que l'on apprenait à aimer dès le premier contact. Pierre Rousset. 1. Publiées en français par les Editions La Brèche : Wang Fanxi, La marche de Wang, mémoires d'un révolutionnaire chinois, traduction de Martine Bonadona, introduction de Gregor Benton, Paris, 1987. Rouge 2006 27/02/2002

    18,00 €