Aller au contenu

Polars


  • Alzamora : Memento mori

    Barcelone, été 1936. Le Front populaire au pouvoir déchaîne la plus grande persécution religieuse qu’ait con nue l’Espagne. Des éléments anarchistes incontrô lés se proposent d’“exfiltrer” discrètement des confréries religieuses, contre rançon.
    Dans la cuisine de la pension où ils se sont réfugiés en attendant de pouvoir quitter le pays, des frères maristes trouvent le corps sans vie d’un des leurs ; dans la ruelle avoisinante gît celui d’un enfant. Ils ont été vidés de leur sang, dans un modus operandi qui ressemble fort à celui des vampires.
    Le commissaire chargé de l’enquête ne croit pas aux vampires. Et pour tout dire, il n’accorde pas plus de crédit aux religieux qu’aux anarchistes qui les persécutent.

    édition : avril 2017

    9,30 €
  • Argemi Raul : Patagonia tchou tchou

    Deux hommes embarquent à bord de La Trochita, un train antédiluvien qui parcourt la Patagonie argentine. Haroldo, un ancien marin qui se prétend le descendant de Butch Cassidy, a entraîné son ami d'enfance Genaro, ex-conducteur de métro, dans une aventure risquée : les deux compagnons projettent de prendre en otages les passagers du train pour libérer Beto, le frère d'Haroldo, prisonnier en transit. En outre, ils comptent bien profiter de l'occasion pour mettre la main sur les sacs de billets qui se trouvent dans l'un des wagons. Cependant, rien ne se passe comme prévu. Il n'y a pas grand monde dans le train et la prise d'otages tourne court... Raul Argemi enbarque son lecteur dans un voyage romanesque long de quatre cents kilomètres et réussit le tour de force de combiner le roman d'aventures, le roman noir et la fable.

    édition : mai 2019

    8,70 €
  • Attia : Alger la Noire

    Alger, 1962 : un monde finit de se décomposer, bientôt l'Algérie sera indépendante et l'OAS mène son baroud d'honneur. Sur la plage de Padovani, à Bâb-el-Oued, deux gamins ont trouvé les corps d'Estelle et de Mouloud : une balle dans le coeur pour elle, une autre dans la nuque pour lui et trois lettres gravées sur son dos... Paco Martinez, inspecteur de police qui refuse envers et contre tous de prendre parti dans cette guerre, va, avec un acharnement dérisoire, s'emparer de cette affaire pour échapper à la guerre civile et fuir le chaos de son univers. Epaulé, un temps, par Choukroun, son coéquipier et ami, puis par Irène, sa flamboyante maîtresse, Paco, fils d'un anarchiste espagnol assassiné durant la guerre d'Espagne, sera inévitablement rattrapé par son histoire lorsque sa grand-mère, sombrant, à l'image de la ville, dans la démence, lui fera perdre quelques illusions. Menant son roman noir à quatre voix, l'auteur nous entraîne dans l'univers glauque d'une famille de la bourgeoisie algéroise, avec ses secrets, ses perversions et ses conflits de loyauté. Mais qu'importe alors la mort de deux individus, quand, à Bâb-el-Oued, la folie et le désespoir engendrés par les "événements d'Algérie" forcent des êtres résignés à tout abandonner ou à tout détruire ? Maurice Attia est psychanalyste, psychiatre, scénariste et cinéaste. ll est l'auteur de plusieurs romans noirs, dont Ça va bien (Autres temps, prix de la Nouvelle noire au festival Le Noir clans le blanc, 2005), le Carnaval des gueux (nr Hors noir, 2001), Rue Oberkampt (fi( Hors noir, 2000). 400 pages édition : février 2006

    10,20 €
  • Attia : Paris blues

    Fraîchement muté à Paris, Paco s'ennuie dans sa nouvelle vie, loin d'Irène restée à Aix-en-Provence. Il est alors chargé d'infiltrer la faculté de Vincennes, haut lieu du gauchisme, pour enquêter sur le meurtre d'un projectionniste. Pendant ce temps, Irène tente de reconstruire sa vie avec un autre homme dont elle attend un enfant. Mais le destin va les réunir en Espagne auprès de la mère de Paco. 1970 : Paco Martinez, le flic de Bâb-el-Oued, traîne ses états d'âme et sa culpabilité entre Vincennes - son nouveau lieu d'affectation - et Paris, où il réside désormais. La rousse Irène, qui l'avait suivi depuis Alger, est restée à Aix-en-Provence, et elle lui manque plus souvent que prévu. Alors que Paco s'ennuie ferme dans sa nouvelle vie, son chef lui propose d'infiltrer la faculté de Vincennes, haut lieu du gauchisme, pour enquêter sur le meurtre d'un projectionniste de la section cinéma, tué par la piqûre d'une mygale. Il rencontre bientôt Virginie, une militante maoïste qui se charge de sa formation politique, mais aussi Isabelle d'Outremont, cavalière émérite, dont le père fut un proche de l'OAS... Après la guerre d'Algérie dans Alger la Noire, puis les événements de Mai 68 dans Pointe Rouge, Maurice Attia ressuscite avec verve et nonchalance le Paris du début des années 1970 : le milieu étudiant en pleine ébullition, la libération sexuelle, la disparition des Halles... 555 pages édition : novembre 2009

    13,20 €
  • Attia : Pointe Rouge

    Cinq années se sont écoulées depuis la fin de la guerre d'Algérie, Irène et Paul ont reconstruit leur vie en métropole : elle à Aix-en-Provence et lui à Marseille, où il a retrouvé Khoupiguian l'Arménien. Fin décembre 1967, les deux hommes enquêtent sur la mort d'un petit dealer dans une cité étudiante. Coupable potentiel : un serrurier, militant trotskiste qui habitait chez la Fourmi, une fille un peu paumée, adoratrice du haschich et de Rosa Luxemburg. L'intervention d'un vieil Arménien, Michel Agopian, militant CGT, permettra de boucler rapidement l'enquête. Paco peut aller fêter le Nouvel An tandis que Khoupiguian découvre le grand amour... Mais, trois jours plus tard, le corps sans vie d'Agopian est retrouvé à son domicile, torturé et crucifié. Dans une chambre, épinglées au mur, des photos de la Fourmi... Dans le droit fil d'Alger la Noire, Maurice Attia, utilisant le mode du récit à quatre voix, lie destins individuels et grande histoire. A la fin de 1967, la France est en surchauffe, la jeunesse gronde. A Marseille, sur fond de guerre entre mafias, l'assassinat d'un militant gauchiste et la disparition d'une liste de noms peuvent laisser penser que le Service d'action civique prépare un coup. Maurice Attia est psychanalyste, psychiatre, scénariste et cinéaste. Il est l'auteur de plusieurs romans, dont Alger la Noire , salué par la critique et récompensé entre autres par le prix Michel Lebrun et le prix Jean Amila-Mecker. Le troisième volet des aventures de Paco Martinez est en cours d'écriture. 635 pages édition : octobre 2007

    13,20 €
  • Battisti : Face au mur

    Cesare Battisti n'est pas un homme sans passé, contrairement au narrateur de son dernier livredont on ne connaîtra jamais les raisons de la fuite. Mais c'est un grand écrivain. Ici, deux récits s'entremêlent : celui d'un homme en fuite qui raconte quelques mois passés à Rio dans l'ombre d'une femme ; et celui que ce même homme nous livre depuis la prison où il est incarcéré, un récit nourri des confessions de ses codétenus. Ce livre se lit comme un grand roman d'amour à suspense. Depuis son arrivée au Brésil, le narrateur se sait espionné

    Il devine même que c'est la police qui a mis sur sa route la jeune et belle Janaïna, avec laquelle il noue une relation tout d'abord érotique. Puis l'amour s'invite entre eux comme un corps étranger. Et délibérément, le narrateur décide de continuer, de vivre cette histoire jusqu'au bout, quitte à y laisser sa peau. Cet amour, d'une beauté noire et mélancolique, résonne en nous : n'y-a-t-il pas des moments, dans une existence, où choisir de s'illusionner est une question de vie et de mort, en ce sens que seul l'aveuglement permet de se sentir enfin « vivant » ? C'est ce que Truffaut devait penser en tournant La Sirène du Mississipi…

    19,50 €
  • Blake : Crépuscule sanglant

    James Carlos Blake naît au Mexique en 1947 dans une famille mélangeant des ascendances britanniques, irlandaises et mexicaines. Il émigre aux Etats-Unis où il est mécanicien, chasseur de serpents ou encore professeur. En 1995, son premier roman, L'Homme aux pistolets, sur le célèbre hors-la-loi John Wesley Hardin, remporte un grand succès. Auteur d'une quinzaine de romans, d'essais et de biographies, il aime brosser les portraits flamboyants de bandits, célèbres ou non, de marginaux et de personnalités historiques hautes en couleur.

    Il est notamment lauréat du Los Angeles Times Book Prize et du Southern Book Award, ainsi que du Grand Prix du roman noir étranger du Festival de Beaune.
    édition : août 2019

    12,50 €
  • Bourcy : Célestin Louise, flic et soldat dans la guere de 14-18

    Cette édition regroupe les polars consacrés par l'auteur à la guerre de 14-18, soit 1110 pages !

    Des tranchées boueuses aux hôpitaux de campagne, du feu de la mitraille aux embusqués de l'arrière, de la première ligne aux provinces endeuillées loin du front, le soldat Célestin Louise mène l'enquête alors qu'autour de lui le monde s'écroule.

    édition : mai 2016

    14,90 €
  • Calvi : Camarade P.38

    Le mercredi 28 mai 1980, à 11 heures du matin, rue Solari, à Milan, six adolescents assassinent Walter Tobagi, grand reporter du Corriere della Sera. L'attentat est revendiqué par la "Brigade du 28 mars". Camarade P. 38 est le récit du terrible itinéraire de ces six brigadistes du 28 mars, de ces six fils de la bonne bourgeoisie italienne, fascinés par la violence. L'histoire de ces apprentis-sorciers, c'est celle de la lutte armée à Milan, cette métropole monstrueuse qui enfanta des adolescents tueurs, cette ville inquiète où des gamins se baladaient armés jusqu'aux dents et allaient dépenser dans les boîtes de nuit et les restaurants l'argent de leurs hold-up, tout en rêvant aux Brigades rouges. Fabrizio Calvi, qui, cinq ans durant, a couvert le terrorisme italien pour Libération, a connu la plupart des protagonistes de {Camarade P. 38}. Il a pu reconstituer leurs faits et gestes grâce à une minutieuse enquête, aux témoignages de quelques-uns des brigadistes du 28 mars, de leurs familles, de leurs compagnons d'armes et de certaines de leurs victimes. édition : octobre 1982

    17,90 €
  • Chamoiseau : J'ai toujours aimé la nuit

    En Martinique, lors de sa dernière nuit de service, un commandant de police se retrouve face à un tueur en série jamais démasqué qui lui raconte tous ses crimes en pointant une arme sur lui.

    édition : octobre 2018

    7,20 €
  • Confiant : Citoyens au-dessus de tout soupçon...

    Raymond Vauban qui exerce son métier de détective sous le nom de Jack Teddyson - ça sonne mieux, non ? - enquête sur le meurtre de Sésostris Ferdinand, un gros entrepreneur de Fort-de-France, retrouvé mort et castré. La belle Dominicaine avec qui il fretinfretaillait a, bien entendu, disparu. Or la vie privée sur une île comme la Martinique, ça n'existe pas : tout le monde sait qui est qui et qui fait quoi ! Jack a bientôt plus de pistes qu'il ne peut en suivre : rite vaudou ? vengeance d'une femme jalouse ? dettes de jeu ? magouilles politiciennes ? Le Philip Marlowe des Antilles doit enquêter sur des citoyens au-dessus de tout soupçon.
    édition Folio mars 2014

    8,20 €
  • Daeninckx : La route du rom

    Une enquête de Gabriel Lecouvreur, dit le Poulpe Le Poulpe n'est ni un vengeur, ni un justicier, ni le représentant d'une loi ou d'une morale. Il est un personnage libre, curieux, un témoin en mouvement qui, pour appréhender le monde contemporain, va se rendre compte par lui-même des désordres du quotidien. Que la presse relate un fait divers qui lui semble masquer une autre réalité que celle annoncée et il va sur place pour tenter de comprendre... À Corneville, petit bourg du Cotentin, un jeune Gitan, musicien professionnel de talent jouant dans les films de Tony Gatlif, écoute son grand-oncle très âgé lui raconter enfin le secret de sa vie. Les deux hommes meurent quelques heures après. Mais si le plus vieux était malade, le jeune, lui, a pris un coup de fusil dans un lieu où rien n'expliquait sa présence... Prévenu par deux inconnus, le Poulpe, une fois de plus, va mettre ses grands pieds dans le plat. 198 pages Edition : 2005

    7,60 €
  • Daeninckx : Le banquet des affamés

    Découvrez Le banquet des affamés, le livre de Didier Daeninckx. "Au moment de prendre congé, si je me tourne vers le passé, je suis incapable de choisir, dans ce roman quête ma vie, le chapitre que je placerais en tête du volume. Je ne retrancherais rien de ce que j’ai vécu ni de ce qu'on m'a fait subir. Non. Je suis la somme de tous ceux dont j'ai, à distance, l'impression d'avoir endossé le costume. Je me reconnais en tous. Novice sur le pont noir de La Belle Poule, zouave d'opérette devant Sébastopol, soldat bafoué en Algérie, comédien et pourquoi pas saltimbanque, fossoyeur de l'Empire, colonel des Turcos de la Commune, compagnon de Louise Michel et metteur en scène de ses oeuvres, laissé pour mort sur la barricade du Château d'Eau, estropié sans pension, condamné à mort, déporté en Calédonie, inventeur du théâtre deshabillé, directeur des Bouffes du Nord, gargotier, fondateur de journaux, orateur, dresseur de lions édentés, prétendant à la députation, buraliste en désespoir de cause, mari fidèle et père aimant." Ainsi Didier Daeninckx fait-il parler Maxime Lisbonne (1839-1905).

    18,00 €
  • Daeninckx : Mémoire noire

    Qui oublie ou ignore le passé se condamne à le revivre. Qui refuse d'affronter les vérités de son temps verra tôt ou tard les événements le percuter de plein fouet. Un militant écologiste est retrouvé assassiné sur le chantier d'une centrale nucléaire. Le coupable présumé du meurtre d'une femme sombre dans la folie au moment de son interpellation. Pauvreté, licenciements et suicides frappent une banlieue et, vingt ans après le meurtre de son père tué en plein Paris lors d'une manifestation d'Algériens, un historien curieux se fait à son tour truffer de plomb à Toulouse. La fatalité joue-t-elle vraiment seule son rôle dans toutes ces histoires ? L'inspecteur Cadin, homme de toutes ces enquêtes mis au purgatoire de la mobilité professionnelle du fait de sa personnalité trop intègre, continue de se battre. Ses armes ? Les faits. Dire la vérité. Arracher le voile des apparences quoi qu'il en coûte... Parution septembre 2010, 962 pages

    12,50 €
  • Daeninckx, DOA, Pécherot, Pouy.... : Paris noir

    Nouvelles de Villard, Prudon, Bachi, Mainbard, Martin, Mercier, Pelletier, Leroy. Un choix excellent de nouvelles noires sur Paris par les (quasi) meilleurEs. 385 pages édition : avril 2012

    12,00 €
  • Delteil : La conjuration florentine

    Le pape Alexandre VI Borgia a décidé de se débarrasser du moine Savonarole, qui dénonce la corruption du Vatican. Il missionne un jeune novice, Stefano Arezzi, dont la foi frise le fanatisme. Mais Stefano découvre Florence, ses charmes, ses moeurs et ses complots. Il y rencontrera la belle et influente Antonella, le jeune Machiavel, et Savonarole lui-même, dont le charisme le fera douter de ses certitudes.
    > "Tu ne connais pas encore bien Florence. Sache que c'est la cité des complots, de la duplicité et de l'égoïsme."

    édition : novembre 2015

    7,90 €
  • Delteil : Les écoeurés, mort d'un gilet jaune

    Premier polar en gilet jaune, ce roman raconte comment un policier en formation, Alain Devers, est envoyé par ses supérieurs surveiller les manifestants qui occupent le rond-point du Mouchoir rouge, en Bretagne. Il doit se faire passer pour l'un d'eux. Le jeune homme ne goûte guère cet exercice d'infiltration, d'autant qu'un chauffard renverse soudain une manifestante et la tue, plaçant l'apprenti flic dans une situation de plus en plus périlleuse. Son double jeu se complique encore quand des agents de DCRI cherchent à leur tour à le manipuler, et que les gilets jaunes décident d'occuper le port et de bloquer les ferries, manne économique de la région… Une immersion très informée dans ce milieu disparate, où se croisent depuis quelques mois des militants de divers horizons et surtout des citoyens de tout milieu en colère contre l'ordre des choses. Bien connu des amateurs de littérature populaire, Gérard Delteil est déjà l'auteur d'une cinquantaine de romans noirs et historiques qui lui ont notamment valu le Grand Prix de littérature policière en 1986 et le prix du Quai des Orfèvres en 1993, il a publié notamment Les Années rouge et noire (2014) et La Conjuration florentine (2015).

    édition : mai 2019

    18,00 €
  • Delzongle : Boréal

    Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C'est ainsi que six scientifiques en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d'eux, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière.
    Pour comprendre cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à une spécialiste, Luv Svendsen. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et soulagée de pouvoir s'immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant sept hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.

    édition : avril 2019

    8,70 €
  • Doa/Manotti : L'honorable société

    Le visuel présente l'édition en grand format, ici nous proposons l'édition en FOLIO poche

    À Paris, deux jours avant le premier tour des élections présidentielles, deux hommes cagoulés pénètrent dans un appartement du 17e arrondissement. Une seule chose semble les intéresser : l’ordinateur portable du propriétaire des lieux, un certain Benoît Soubise, dont ils copient consciencieusement le disque dur. Ce dernier rentre plus tôt que prévu et, après une courte lutte, meurt accidentellement. Aussitôt les deux cambrioleurs désertent ce qui est devenu une véritable scène de crime.

    L’enquête, confiée au commandant Pétrus Pâris de la Brigade criminelle, va très rapidement prendre une dimension inattendue du fait de la personnalité de la victime. Et, dans un contexte politique tendu, les investigations de la Crim’ commencent à gêner l’entourage du Ministre des Finances, en lice pour la présidentielle. Lui et ses amis industriels ne voient pas d’un très bon oeil l’acharnement du commandant Pâris à faire éclater la vérité. La situation est d’autant plus explosive qu’un groupuscule de jeunes écologistes extrémistes semble également avoir eu accès à l’ordinateur du défunt.

    Alors que les candidats à l’élection suprême se présentent sous leur plus beau jour devant les caméras des télévisions nationales, leurs porte-flingues, dans l’ombre, s’activent pour étouffer dans l’oeuf une affaire qui pourrait s’avérer explosive.

    Édition mai 2016

    8,70 €
  • Dolan Eva : Les chemins de la haine

    Dans la banlieue d'une petite ville de l'est de l'Angleterre, un homme est retrouvé dans un abri de jardin, brûlé vif. L'inspecteur Zigic et le sergent Ferreira, de la section crimes de haine de la police de Peterborough, sont dépêchés pour enquêter sur le meurtre. La victime est rapidement identifiée : il s'agit d'un travailleur immigré, comme le quartier en compte beaucoup.
    Malgré la réticence ambiante à parler à la police, plusieurs suspects émergent. Le couple chez qui l'homme se serait installé à leur insu. Un marchand de sommeil avec lequel il se serait disputé quelques jours avant de mourir. Un militant d'extrême-droite pyromane, qui vient d'être libéré. Puis un autre travailleur immigré est attaqué. Zigic et Ferreira poursuivent leur enquête sous haute tension dans les zones grises de la ville et mettent au jour un réseau de trafiquants d'hommes... Eva Dolan s'attaque avec audace et finesse à un sujet sensible. Ses personnages sont consistants et souvent ambivalents. Son écriture est riche et percutante, l'intrigue haletante.

    édition : avril 2019

    8,30 €
  • Dolores Redondo : Le gardien invisible

    Entre roman noir familial, roman de procédure, thriller, Le gardien invisible tire sa singularité de ce mélange des genres mais aussi et surtout de l’écriture de Dolores Redondo qui parvient à instiller sans lourdeur l’épouvante et le fantastique dans son intrigue. Sur ce plan, les scènes mettant Amaia aux prises avec sa mère sont d’une redoutable efficacité.

    édition janvier 2021

    9,40 €
  • Elsa Marpeau : Et ils oublieront la colère

    Et ils oublieront la colère revient sur un des épisodes les plus sinistres de la Libération : des résistants tondirent des femmes accusées de collaboration « horizontale ». Dans l'Yonne, entre 1944 et aujourd'hui, entre Marianne et Garance, se tissent d'étranges liens. La première est une paysanne disparue à la Libération après avoir été « tondue ». La seconde, jeune gendarme d'aujourd'hui, enquête sur le meurtre d'un professeur d'histoire, obsédé par la violence que le corps social peut exercer sur le corps des femmes…

    édition mai 2017

    7,60 €
  • Evangelisti : Briseurs de grève

    « Le responsable IWW du campement vint serrer la main de Johnson et des autres agitateurs. Bob fut tellement surpris qu’il faillit tomber à terre. Il s’agissait de Sam Dreyer, le vieil agent de la Pinkerton, l’homme de main, le cogneur.
    “Alors, comment va ? T’as pas l’air en forme, tu ne te tiens plus debout ?
    — Une gêne occasionnelle, minimisa Bob. À Kansas City j’ai connu l’un des vôtres. Un certain Dashiell Hammett. Tu le remets ?”
    Dreyer afficha une expression de mépris.
    “Il a démissionné. Il n’était pas à la hauteur. On n’arrivait pas à comprendre s’il était avec nous ou avec les misérables. Il leur trouvait mille excuses. Qu’il aille à l’Armée du Salut ! Les subversifs ont dépassé les bornes. C’est le moment des balles, pas des discours.” »

    Bob Coates est un sale type. Fils du peuple, patriote, bigot, sexiste et raciste, il aime l’ordre et l’autorité.
    En cette année 1877, qui marque le début du récit, son pays est en proie aux revendications et aux mobilisations ouvrières. Cet Américain moyen choisit de se ranger du côté du manche, il devient nervi au service de diverses agences patronales, dont l’agence William J. Burns, à l’origine du FBI.
    Pendant cinquante ans, l’homme infiltre les luttes, attise les tensions internes, passe à tabac les grévistes. Ce chien de garde du capital ne recule devant aucune abjection.
    Dans ce roman inspiré de faits réels, Valerio Evangelisti, auteur de la série Nicolas Eymerich (La Volte) et de Nous ne sommes rien, soyons tout (Rivages, 2008), retrace le face à face entre deux Amériques, et les heurs et malheurs de la classe ouvrière organisée états-unienne. Un récit haletant et glaçant.

    édition : novembre 2020

    18,00 €
  • Ferey : Condor

    Condor, c’est l’histoire d’une enquête menée à tombeau ouvert dans les vastes étendues chiliennes. Une investigation qui commence dans les bas-fonds de Santiago submergés par la pauvreté et la drogue pour s’achever dans le désert minéral de l’Atacama, avec comme arrière-plan l’exploitation illégale de sites protégés…
    Condor, c’est une plongée dans l’histoire du Chili. De la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet. Les démons chiliens ne semblent pas près de quitter la scène…
    Condor, c’est surtout une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, qui porte comme une croix d’être le fils d’une grande famille à la fortune controversée…

    édition : mars 2016

    19,50 €