Aller au contenu

Marx et Engels


  • (Löwy, Poggio, Rubel) : Le dernier Marx

    Dans les années 1881-1882, Marx développe un intérêt particulier pour les sociétés pré-capitalistes (parmi lesquelles notamment les communautés rurales russes) ainsi que pour des pays comme l’Égypte, l’Algérie ou l’Inde, où s’engagent alors des luttes contre la domination capitaliste.
    On fait souvent de Marx le principal connaisseur, et théoricien, du prolétariat d’usine. Cette assertion, sans doute légitime, mérite pourtant d’être précisée, car l’étude des communautés paysannes constitue également une partie très importante de son œuvre, et elle la traverse en quelque sorte dans son intégralité – jusqu’aux célèbres propos, décisifs et bouleversants, qu’il tiendra sur la Russie.
    De telles réflexions sont développées dans une lettre à Véra Zassoulitch, figure éminente du populisme révolutionnaire, et surtout dans les nombreuses versions préparatoires de celle-ci. Maximilien Rubel verra dans ces manuscrits le véritable « testament politique » de Marx. On y trouve un refus de l’idée, partagée par la majorité des marxistes russes et calquée sur un modèle occidental, selon laquelle il s’agit d’en passer par un développement du capitalisme en Russie. En rejetant la conception évolutionniste et linéaire du « progrès », Marx s’intéresse à une forme sociale « archaïque » – mot par lequel, à son avis, « il ne faut pas trop se laisser effrayer ». Le socialisme de l’avenir en représenterait une manifestation supérieure, qui y mêle certains acquis de la modernité.
    Marx reprend des analyses présentes dans les Grundrisse, et notamment dans les cahiers publiés sous le titre de Formen, die der kapitalistischen Produktion vorhergehen, axés sur les différentes formes communautaires qui précèdent le surgissement du mode de production capitaliste. Un ensemble composite de « communautés naturelles » où la forme sociale dominante, la commune, « n’apparaît pas comme résultat mais comme présupposé de l’appropriation (temporaire) et de l’utilisation collective du sol ».

    édition : Eterotopia septembre 2018

    12,00 €
  • Bolivar y Ponte

    Suivi de "Le Libertador tel qu'en lui-même ?" par Louis Janover

    10,00 €
  • Cafiero : Abrégé du Capital de Karl Marx

    « Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878 nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce Compendium de la critique du système capitaliste – « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » – a été rédigée à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend parfois ardue l’approche de l’œuvre originale, ce résumé a d’ailleurs été approuvé par Marx en personne. L’auteur, Carlo Cafiero (1846-1892), communiste libertaire italien, n’était pourtant pas un disciple du théoricien allemand auquel il s’était opposé lors de la scission de la Première Internationale en 1872. L’avant-propos de James Guillaume nous rappelle le parcours de Cafiero et les enjeux qui s’affrontèrent à l’époque au sein du mouvement ouvrier. 160 pages édition : 23 novembre 2008

    10,00 €
  • Coffret Le Capital en 3 tomes

    3 tomes représentant le livre I, 2300 pages, coffret cartonné. Incluant toutes les introductions, traduction revue par Marx.

    120,00 €
  • Contribution à la critique de la philo du droit de Hegel

    Quand le prolétariat met à l'ordre du jour la dissolution de l'ordre mondial en place jusqu'à présent, il n'énonce rien d'autre que le secret de sa propre existence immédiate, car il est la dissolution de fait de cet ordre mondial. Quand le prolétariat exige la négation de la propriété privée, il ne fait qu'élever en principe de la société ce que la société a élevé en principe pour lui, ce qui est déjà et malgré lui incarné en lui : le résultat négatif de cette société.
    KARL MARX édition : septembre 2019

    18,00 €
  • Correspondance 1875-1880, tome XIII

    Avec ce volume de lettres inédites, les Éditions sociales reprennent la publication de la correspondance de Marx et Engels, un des derniers grands éléments du corpus marxien à ne pas avoir été intégralement traduit en français. On y (re)découvre Marx et Engels au quotidien, à travers des lettres chargées d’anecdotes qui ramènent ces deux géants à hauteur d’homme. Mais c’est bien leur activité politique et théorique qui occupe la première place. L’échec de la Commune de Paris a déplacé le centre de gravité du mouvement révolutionnaire de la France vers l’Empire allemand où commence à se constituer un parti socialiste. Le Congrès d’unification de Gotha en 1875 marque à cet égard un tournant que Marx et Engels accompagnent de façon critique. Accaparés par la situation allemande, ils ne négligent pas pour autant le mouvement ouvrier des autres pays, d’autant que la deuxième moitié des années 1870 est marquée par la dislocation définitive de l’Association internationale des travailleurs (AIT), et l’entrée dans un nouveau cycle politique dans une Europe en ébullition. Ce volume contient également une série de lettres de tiers à Marx et Engels (Wilhelm Liebknecht, August Bebel, Eduard Bernstein et Karl Kautsky) dont la lecture permet souvent de découvrir une autre facette des discussions présentées dans cette correspondance. édition juin 2020

    40,00 €
  • Correspondance choisie

    Contient notamment une partie de la correspondance des années 1890 éditée nulle part ailleurs.

    Edition Moscou : 1971

    14,00 €
  • Critique de l'économie politique, manuscrits de 1844

    Précédé de "De la critique du ciel à la critiquie de la Terre : l'itinéraire philosophique du jeune Marx" par K.Papaioannou 7 - Critique de l'économie politique 33 - Préface 35 - Introduction 37 - Langage et lois de l'économie politique 43 - Le monde aliéné 103 - Communisme et socialisme 159 - Hegel, Feuerbach et les jeunes hégéliens 179 - Annexes 211 - Notes du traducteur 225 250 pages édition : septembre 2007

    15,20 €
  • Critique du programme de Gotha

    Premier tome de la réédition avec une traduction nouvelle des oeuvres complètes de Karl Marx. Un projet ambitieux mené par Sonia Dayan-Herzbrun et notre ami Jean-Numa Ducange. Introduction 7 Programme du Parti ouvrier allemand (première version) 41 Lettre à Wilhelrn Bracke 45 Commentaires en marge du programme du Parti ouvrier allemand 49 ANNEXES Programme de Gotha, 1873 81 Bakounine, Etat et anarchisme, 1873 (extrails) 85 Ferdinand Lasalle, Lettre ouverte en réponse au comité central d'organisation d'un congrès général des ouvriers allemands à Lepzig, 1863 (extraits) 89 Friedrich Engels, Lettre à August Bebel, 1875 93 Friedrich Engels, Avant-propos à la Critique du programme de Gotha de Karl Marx, 1891 103 « La Lettre de Karl Marx sur le programme »,Vorwartz 1891 ...105 Chronologie, 1863-1871 113 Bibliographie 115 Présentation du GEME (grande édition Marx et Engels) Index des noms cités 119 140 pages édition : avril 2008

    6,00 €
  • De l'insurrection

    Nous vous avons déjà dit, en 1848, que les bourgeois libéraux allemands allaient accéder au pouvoir et tourneraient aussitôt leur puissance nouvellement acquise contre les ouvriers. Vous avez vu comment la chose s’est faite. Ce furent, en effet, les bourgeois qui, après le mouvement de mars 1848, s’emparèrent immédiatement du pouvoir d’État et s’en servirent aussitôt pour refouler tout de suite les ouvriers, leurs alliés de la veille au combat, dans leur ancienne situation d’opprimés […]. La bourgeoisie n’aurait même pas besoin, pour asseoir sa domination, de se rendre odieuse par des mesures de violence dirigées contre le peuple, toutes ces mesures de violence ayant déjà été exécutées par la contre-révolution féodale.

    édition : novembre 2020

    12,00 €
  • Du suicide

    Du Suicide

    L'emprisonnement de Lady Bulwer-Lytton

    Deux opuscules précieux de Karl Marx portés par la critique de la société bourgeoise et la condition féminine. Deux articles de presse originaux, le premier passé inaperçu et le second oublié par les traducteurs, appelés à devenir des classiques de la méthodologie marxienne.
    Présentation par Michael Löwy.

    édition : août 2019

    12,00 €
  • Ecrits de jeunesse, 1842-1847

    Traduit de l'allemand par Kostas Papaioannou Dans ces textes demeurés inédits jusqu'au XX siècle, le jeune Marx se présente dans toute son audace philosophique. La Critique du Droit politique hégélien s'attaque à la majestueuse construction de la théorie de l'État de Hegel. Les Manuscrits de 1844 étendent à la vie économique la critique feuerbachienne de la vie religieuse. Les enjeux de la révolution sont posés : il s'agira de rendre à l'homme l' « être générique» dont il est dépossédé. Pour cela il restera à Marx à percer les secrets de l'économie politique bourgeoise et d'en faire la critique rigoureuse en suivant la voie tracée par son ami Engels dans son Esquisse d'une critique de l'économie politique (1844). Ces trois ouvrages fondamentaux sont publiés ici pour la première fois ensemble. Ils bénéficient d'une traduction et d'une présentation dues à Kostas Papaioannou (1925-1981), un des exégètes les plus profonds et les plus libres de la pensée de Marx. Edition : 1994

    7,00 €
  • Engels : Antidüring

    Préface aux trois éditions Introduction 1. Généralités 2. Ce que M. Dühring promet Philosophie 3. Subdivision. L'apriorisme 4. Le schème de l'univers 5. Philosophie de la nature. Espace et Temps 6. Philosophie de la nature. Cosmogonie, Physique, Chimie 7. Philosophie de la nature. Le monde organique 8. Philosophie de la nature. Le monde organique (fin) 9. La morale et le droit. Vérités éternelles 10. La morale et le Droit. L'égalité 11. La morale et le Droit. Liberté et nécessité 12. Dialectique. Quantité et qualité 13. Dialectique. Négation de la négation 14. Conclusion Économie Politique 1. Objet et méthode 2. Théorie de la violence 3. Théorie de la violence (suite) 4. Théorie de la violence (fin) 5. Théorie de la valeur 6. Travail simple et travail composé 7. Capital et plus-value 8. Capital et plus-value (fin) 9. Lois naturelles de l'Économie - La rente foncière 10. Sur l'«Histoire critique» Socialisme 1. Notions historiques 2. Notions théoriques 3. La production 4. La répartition 5. État, famille, éducation Notes Oeuvres citées Index des noms 435 pages édition : décembre 2007

    10,00 €
  • Engels : Ecrits de jeunesse volume 1

    Tout comme Marx, Engels a suivi une évolution sinueuse avant d’arriver aux idées qui sont restées associées à son nom. L’historiographie marxiste a souvent cherché dans leurs idées de jeunesse la préfiguration de celles de la maturité, mais on comprend mieux l’évolution philosophique et politique de l’un et de l’autre si l’on considère pour elles-mêmes et dans leurs spécificités les différentes étapes de leur formation intellectuelle. Telle est l’intention de ce volume de la Geme consacré aux écrits d’Engels à l’époque où il se définissait comme un « Jeune Allemand » et comme un « jeune hégélien ». Qu’Engels se soit totalement identifié à la Jeune Allemagne et au Jeune hégélianisme, qu’il en ait totalement adopté le style et poursuivi avec enthousiasme les objectifs, c’est ce que l’on pourra constater dans ce volume qui contribuera sans doute à corriger l’image qui reste aujourd’hui encore trop souvent attachée à son nom, celle d’un vulgarisateur dogmatique, sans talent ni originalité, des idées géniales de Marx. On constatera en outre qu’Engels ne s’est pas contenté de se fondre dans ce qui constituait, à la fin des années 1830 et au début des années 1840, les deux principaux courants de la gauche allemande. Il fut également l’un des seuls à chercher à les mettre en rapport et il le fit d’une façon originale. Après quelques indications biographiques, nous présenterons les grands axes et les principaux enjeux de ses publications entre 1839 et 1842 en considérant successivement le passage de la jeune Allemagne au Jeune hégélianisme, les modalités de la participation aux combats jeunes hégéliens, la critique de Schelling et la manière dont cette critique fut relancée un an plus tard par Marx.

    Table des matières Introduction

    De la Jeune Allemagne au Jeune hégélianisme 7

    Entre Börne et Hegel 10

    L’« Anti-Schelling » 30

    Engels et Marx, Jeunes hégéliens et critiques de Schelling 78

    Conclusion : l’évolution des idées philosophiques et politiques d’Engels 93

    Note sur la présente édition 99

    Friedrich Engels, Écrits de jeunesse Lettres de la vallée de la Wupper 103

    Ernst Moritz Arndt 129

    Schelling sur Hegel 147

    Schelling et la révélation 157

    Schelling, le philosophe en Christ 209

    Journal d’un auditeur 231

    Libéralismes d’Allemagne du Nord et d’Allemagne du Sud 239

    Polémique contre Leo 243

    Le Triomphe de la foi 247

    Alexander Jung, Leçons sur la littérature allemande moderne 281

    Contribution à la critique des lois sur la presse en Prusse 299

    Frédéric-Guillaume IV, roi de Prusse 309

    Annexes
    Schelling, Préface à un écrit philosophique de M. Victor Cousin 321

    Ludwig Börne, Gallophobie de M. Menzel 337

    Ludwig Börne, Lettres de Paris 343

    Karl Gutzkow, Sur la philosophie de Hegel 347

    Moses Hess, La triarchie européenne 351

    Moses Hess, Les partis politiques en Allemagne 363

    Bruno Bauer, Le Mythe de Hegel 369

    Edgar Bauer, Le Juste-Milieu 373

    Arnold Ruge, Préface à l’année 1841 des Annales allemandes 403

    Arnold Ruge, À Moritz Fleischer 407

    Lettre de Karl Marx à Ludwig Feuerbach, 3 octobre 1843 409

    Premier brouillon de réponse de Ludwig Feuerbach à Karl Marx 413

    Manuscrit de Ludwig Feuerbach contre Schelling 417

    Bibliographie sélective 421

    édition : mai 2015

    30,00 €
  • Engels : Ecrits de jeunesse, vol 2, Manchester 1842-1844

    Le premier volume des Écrits de jeunesse d’Engels rassemblait les textes de l’étudiant allemand jusqu’à son départ pour l’Angleterre en novembre 1842. À 22 ans, il part travailler dans la fabrique de l’entreprise textile familiale à Manchester, foyer de la révolution industrielle et du mouvement ouvrier anglais.
    Pendant ce premier séjour de plus deux ans, il envoie régulièrement des contributions à des journaux allemands notamment les Annales franco-allemandes où il publie sa célèbre Contribution à la critique de l’économie politique.
    Mais la plupart de ses articles procèdent surtout d’un regard documenté et critique sur la Grande-Bretagne des années 1840, celle de l’industrialisation et du libéralisme. Engels traite des développements de l’industrie textile, de la question des lois céréalières et du libre-échange, de la formation de la classe ouvrière et de l’exploitation à laquelle elle est confrontée. Tous ces ingrédients feront la matière de La Situation de la classe laborieuse en Angleterre dont une nouvelle traduction sera publiée prochainement par la Geme.
    Par ailleurs, Engels entame fin 1843 une collaboration avec deux journaux britanniques : l’hebdomadaire owéniste The New Moral World ; puis le journal chartiste The Northern Star. Dans ces périodiques, la position d’Engels est différente : s’étant lié aux milieux radicaux et socialistes britanniques, il s’agit pour lui de leur faire connaître la situation sur le continent, en particulier dans les États de langue allemande. C’est dans ce cadre qu’il publie des textes majeurs comme La Marche de la réforme sociale sur le continent.
    Ce volume de la Geme dirigé et longuement préfacé par Fabrice Bensimon, professeur d’histoire et de civilisation britanniques à l’université Paris-Sorbonne, spécialiste du mouvement ouvrier anglais des années 1840, se propose de faire connaître un parcours intellectuel et politique méconnu, celui d’Engels pendant les deux années antérieures à son travail avec Marx, quand, journaliste et polémiste, de plus en plus engagé dans le combat démocratique et socialiste, il est l’observateur lucide et érudit des transformations sociales et politiques de trois nations.
    Il donne, poursuivant le travail du premier volume, une traduction suivie de textes souvent inédits et essentiels à la compréhension des enjeux historiques, politiques et économiques de l’Europe avancée du milieu du XIXe siècle. Des textes annexes permettent de situer l’œuvre d’Engels dans les débats et les réalités de l’époque.

    édition : juin 2018

    28,00 €
  • Engels : La guerre des paysans en Allemagne

    En 1525, les paysans de différentes régions de l’Allemagne se soulèvent pour des raisons à la fois sociales, économiques et religieuses. Massive, leur révolte est pourtant bientôt écrasée dans le sang. L’ouvrage classique d’Engels livre le récit de cette révolte, cherchant ainsi à réactiver la mémoire des traditions révolutionnaires du peuple allemand. Écrit au lendemain de l’échec de la révolution de 1848, il propose aussi, en creux, une analyse des luttes du XIXe siècle.

    Cette nouvelle édition, introduite par Rachel Renault, spécialiste du Saint Empire, et préfacée par le romancier Éric Vuillard, auteur de La Guerre des pauvres, redonne au texte d'Engels son amplitude et sa capacité à aider la compréhension des révoltes et leur histoire.

    édition : avril 2021

    15,00 €