Aller au contenu

Chine


  • Au Loong Yu : Un capitalisme bureaucratique

    Licenciements et nouvelle pauvreté sont devenus le lot quotidien de centaines millions de Chinois qui ne sont pas restés, pas sans résister. Entre stalinisme et business, quelle est la vraie nature de ce régime chinois ? Avant 2020, la Chine sera devenue la première économie mondiale. Ces trente dernières ont vu des bouleversements colossaux transformer ce pays essentiellement paysan. Désormais la majorité de la population chinoise vit dans les villes. Alors que la chute de l’URSS avait vu la disparition du Parti communiste et l’effondrement de sa mainmise sur la société, la classe bureaucratique chinoise au pouvoir a fait le choix risqué d’entamer un "grand bond en avant" vers le capitalisme tout en maintenant le régime d’État-parti unique. Ces évolutions ont profondément transformé la société. Au sommet, des fortunes colossales se sont accumulées et la corruption est devenue endémique, en bas l’exploitation que ce soit dans les entreprises privées ou d’État s’est intensifiée, les dégâts sociaux et écologiques sont innombrables.
    édition : novembre 2013

    10,00 €
  • Au Loong-Yu : Hong Kong en révolte

    Au Loong Yu vit à Hong Kong et a participé activement à la révolte contre le projet de loi sur l'extradition imposé par la Chine. Il nous propose une plongée au coeur de cette rébellion qui a débordé sur la question démocratique, notamment sur le droit au suffrage universel. Il nous propose de suivre le déroulement des évènements, de découvrir ses acteurs et ses actrices et s'interroge sur l'avenir de ce soulèvement. En ouverture, l'ouvrage revient sur les événements de 2019 et les différentes tendances politiques qui traversent la révolte de Hong Kong, en particulier les "localistes" antichinois. L'auteur se concentre également sur le rôle-clé joué par la jeunesse, les salarié·es et leurs organisations syndicales. Il retrace la montée de la "génération 1997", qui a constitué l'épine dorsale de la révolte. Et revient sur les temps forts de la protestation ? : les manifestations, les occupations ou les journées de grève générale les plus importants. Les lecteur·trices peuvent ainsi comprendre ce qui s'est passé réellement sur le terrain et prendre connaissance avec précision ce que les manifestant·es ont dit et fait. Au Loong Yu analyse également la nature de la révolte. Profond mouvement démocratique pour la liberté ou réaction de droite, voire raciste contre les Chinois, comme certains l'affirment ?? Le chapitre intitulé "Evénements" nous propose un récit de la montée du mouvement puis de son reflux. Les modes d'organisation et d'action des différents courants protestataires sont également abordés. Enfin, Au Loong Yu explore la politique du Parti communiste chinois à l'égard de l'île, les luttes de fractions en son sein, la nature de ce régime et les raisons de sa volonté de domestiquer les Hongkongais. Il revient également sur la gestion de la pandémie de Covid-19. édition : juin 2021

    20,00 €
  • Bianco : Les origines de la révolution chinoise 1915-1949

    Nouvelle édition revue et augmentée d'un ouvrage de référence devenu un classique<:P> La révolution chinoise est l'aboutissement d'une histoire singulière. On s'exposerait aux plus graves contresens en abordant directement son étude comme si elle constituait le type même de révolution de notre époque : la révolution dans un pays colonial (ou semi-colonial) sous-développé. Si le lecteur ne sait rien du contexte historique (au niveau le plus humble : connaissance des dates, des événements), s'il ignore tout des caractéristiques fondamentales de la civilisation chinoise, des considérations abstraites ne serviront qu'à le tromper, à lui donner l'illusion de savoir et la tentation de généraliser.
    « Depuis sa parution en 1967, on comprend à lire ces lignes pourquoi cet ouvrage est très vite devenu un classique contemporain. Cette nouvelle édition, mise à jour pour tenir compte des multiples travaux parus depuis lors, garde le récit général de la révolution, mais le prolonge par un substantiel essai d'interprétation qui, loin de faire de cet événement un paradigme universel, en révèle la dimension proprement nationaliste. »

    530 pages 4è édition : mars 2007

    12,50 €
  • Fanxi, Isaacs, Smith, Serge, Duxiu, Trotsky... : Origine et défaite de l'internationalisme en Chine 1919-1927

    Textes notamment de
    : Wang Fanxi,
    Harold Isaacs,
    Boukharine,
    Jean Chesneaux,
    Guillermaz,
    Stephen Smith,
    Victor Serge,
    Chen Duxiu
    Trotsky
    Il a fallu un siècle pour que la Chine réalise sa métamorphose économique et sociale ; pays semi-colonial au début du XXe siècle, pays de jeune capitalisme dans les années 1960, puissance émergente de l’impérialisme aujourd’hui.
    L’histoire de la Chine durant les cent dernières années est l’histoire de ce passage. Hier elle subissait l’invasion des capitaux et des produits bon marché de l’Occident, aujourd’hui elle envahit le globe de ses produits et exporte ses capitaux dans les cinq continents. Hier l’Occident brisa les murailles érigées pour isoler l’Empire céleste, aujourd’hui c’est l’Occident qui doit faire face à des tentations répétées de protectionnisme contre les exportations modernes de la Chine. Hier la Chine fut une proie de l’impérialisme, aujourd’hui elle réclame sa place à la table du partage du monde. À l’époque, la classe ouvrière n’avait pas la force du nombre ; aujourd’hui la masse des salariés s’est énormément accrue. Si le développement du capitalisme s’accompagne inévitablement de la lutte économique, ces salariés trouveront dans la meilleure tradition syndicale et politique des premières générations d’ouvriers les raisons d’un engagement internationaliste.

    édition : avril 2021

    20,00 €
  • Lew : L'intellectuel, l'état et la révolution, essais sur le communisme chinois

    Table des matières Introduction : ' Communisme chinois et socialisme réel : l'intellectuel, l'État et la révolution Chapitre I : 5 L'intelligentsia chinoise du mandarin au militant, 1898-1927 Chapitre II : 11 Les origines du communisme chinois et l'émergence maoïste (1919-1945) Chapitre III : 49 Le populisme en Chine : de la tradition aux variations maoïstes Chapitre IV : 120 Le monde ouvrier chinois et le régime, 1949-1985 Chapitre V : 171 Le socialisme réel chinois et l'émancipation sociale Chapitre VI : 198 Les changements sociaux dans la Chine postmaoïste Chapitre VII : 241 L'ère Deng Xiaoping : un bilan provisoire Chapitre VIII : 261 Le communisme chinois depuis la chute du Mur de Berlin : le poids du défi extérieur Chapitre IX : Conclusion 274 Le socialisme réel en perspective historique ANNEXES: 291 Annexe I : Rouge et jaune : les malentendus d'une rencontre Annexe II : 313 L'héritage du populisme russe du xixe siècle Annexe III : 332 Moshe Lewin, historien de la Russie soviétique Roland Lew, professeur de sciences politiques à l'université libre de Bruxelles et chercheur associé au Centre Chine(CNRS-EHESS). 355 pages édiotion : octobre 1997

    28,95 €
  • Smith Stephen : Et la voie fut tracée, les débuts du communisme en Chine 1920-1927

    Accomplir une révolution prolétarienne dans un pays où la classe ouvrière ne constitue qu’une faible minorité, c’est cette gageure que soutinrent en ces années 1920 le petit Parti communiste chinois et derrière lui la Comintern, majorité stalinienne et opposition trotskiste confondues. Partant de ce constat, Stephen Smith retrace le parcours du PCC depuis sa fondation jusqu’à son effondrement provisoire en avril 1927, sous les coups de son allié Chiang Kaï-shek, le chef de l’armée du Guomindang.

    Historien du travail, l’auteur de Pétrograd rouge décrit les rapports entretenus par les communistes avec les ouvriers, accordant une attention particulière aux liens de toute sorte (selon l’origine régionale, le métier, les affiliations aux sociétés secrètes, le clientélisme, etc.) qui entravaient leur organisation dans la grande métropole chinoise.
    Il s’intéresse aussi à l’action des mafias, actives en matière de marchandage ouvrier, troupes de choc du patronat, ainsi que de Chiang, lors du massacre des communistes, décrit avec quelques exagérations par Malraux dans sa Condition humaine. Porteur d’une grande valeur documentaire, le livre retrace les efforts du Parti pour mener les grèves, fonder des syndicats et se préparer à prendre le pouvoir. Mais cela, il ne le fera que plus tard, appuyé cette fois sur la paysannerie.

    édition : mars 2019

    17,50 €
  • Wang Fanxi : La marche de Wang

    Les nôtres Fanxi Wang Personnalité particulièrement attachante et cultivée du trotskysme chinois, Wang Fanxi est mort le 30 décembre 2002, à l'âge de 95 ans. Son engagement politique remonte à 1925, quand il abandonne ses études de littérature pour rejoindre les rangs du Parti communiste. Envoyé à Moscou pour y suivre une formation militaire, il se reconnaît dans les thèses de l'Opposition de gauche sur les causes de la défaite de la révolution chinoise, en 1927. Il est exclu du PCC en 1931. Commence alors un long parcours militant à contre-courant. Il participe à la constitution de l'Opposition de gauche en Chine aux côtés de Chen Duxiu, l'une des principales figures du marxisme asiatique. Il passe une bonne partie des années 1930 dans les prisons du parti Guomindang. En 1949, après la victoire du PCC, il est envoyé à Hongkong pour assurer le lien entre les militants trotskystes restés en République populaire (ils seront pour la plupart arrêtés en 1952) et le monde extérieur. Les autorités coloniales britanniques ne l'entendent pas ainsi, et il est expulsé vers l'enclave portugaise de Macao. Menacé par les services secrets chinois, il finit par s'établir en 1975 en Grande-Bretagne, à Leeds. Wang nous laisse de nombreux écrits : ses mémoires (1) et des travaux littéraires comme politiques (dont une étude sur la pensée de Mao Zedong), qui témoignent d'une intelligence incisive, capable d'un regard critique pénétrant sur le PCC mais aussi autocritique sur l'histoire du trotskysme chinois. Ceux qui l'ont rencontré gardent le souvenir précieux d'un homme d'une très grande modestie et gentillesse ; que l'on apprenait à aimer dès le premier contact. Pierre Rousset. 1. Publiées en français par les Editions La Brèche : Wang Fanxi, La marche de Wang, mémoires d'un révolutionnaire chinois, traduction de Martine Bonadona, introduction de Gregor Benton, Paris, 1987. Rouge 2006 27/02/2002

    18,00 €
  • Xiaoquan : La pensée en Chine aujourd'hui

    Auteurs ayant contribué à ce livre :
    Alleton V., J.-P. Béja, K. Chemla, A. Cheng, Chu X., J. Gernet, V. Goossaert, E. Hsu, D. Morier-Genoud, J. Thoraval, L. Vandermeersch, Zhang Y., N. Zufferey.
    Un mythe concernant la Chine hante les élites et les intellectuels : les Chinois penseraient différemment des Occidentaux, affichant une radicale altérité. Dans l'Europe des Lumières s'est construite, puis figée, l'image d'une Chine dotée d'une écriture idéographique, soumise à une tradition despotique et isolée du reste du monde pendant des siècles, ce qui expliquerait son immobilisme philosophique, politique et scientifique dont l'Occident serait opportunément venu la tirer, avant d'en découvrir à son tour la sagesse.
    Cette vision du monde exerce en retour une influence considérable sur la façon dont les élites chinoises ont envisagé leur propre culture, dénigrée du fait de son supposé retard, puis aujourd'hui exaltée par le régime en place comme une identité nationale spécifique. Il a donc paru opportun d'offrir aux lecteurs un état des lieux, inédit et pionnier, de ce qu'est aujourd'hui la pensée en Chine. Ce travail collectif de spécialistes européens et chinois a pour souci premier et constant de fournir une information précise, critique et contextualisée sur quatre grands thèmes : les dynamiques de la modernité chinoise; l'invention des catégories modernes (philosophie, religion, médecine); les questions d'identité (écriture, langue, histoire); l'introuvable altérité, enfin.

    480 pages édition : mai 2007

    11,00 €