Aller au contenu

Question nationale


  • 1918-1920, la république d'Armenie

    Le xx, siècle, siècle du génocide des Arméniens de l'Empire ottoman, en 1915, a été aussi le siècle de la résurrection d'un État arménien. La Première République d'Arménie (1918-1920) a été fondée en Transcaucasie, dans le chaos et la famine, dans le sillage de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe. Encombré de réfugiés et d'orphelins, l'État arménien réussit cependant à jeter les fondements d'une démocratie parlementaire dans laquelle le droit de vote est reconnu aux femmes. l'enseignement primaire est obligatoire et la séparation de l'Église et de l'État est réalisée. Bien que les Alliés aient pris l'engagement de garantir l'existence et la sécurité du peuple arménien, ils renoncent à appliquer le traité de Sèvres (août 1920) qui lui accorde d'importantes compensations territoriales en Turquie. Enjeu de la politique internationale, située au carrefour de deux mouvements révolutionnaires, bolchévique et kémaliste, la République d'Arménie succombe sous les coups portés par l'armée kémaliste au moment où se forme un « axe AnkaraMoscou ». Néanmois, la Première République d'Arménie a été le socle sur lequel s'est accomplie l'évolution future de l'Arménie soviétique (1921-1991) et de la république d'Arménie, indépendante depuis 1991 ; elle a légué un territoire, une capitale, Erevan, un drapeau tricolore, une langue nationale et une volonté d'indépendance nationale, mais aussi la question de terres irrédentistes comme celle de la république du Haut-Karabagh. Une question d'Histoire qui nous renvoie à l'actualité. Maître de conférences à l'université de Paris 1, Anahide Ter Minassian dirige depuis plus de dix ans un séminaire consacré à l'histoire contemporaine des Arméniens, à l'école des Hautes Études en sciences sociales. 330 pages édition : avril 2006

    11,60 €
  • Anderson Benedict : L'imaginaire national

    Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme Qu'est-ce qu'une nation, et qu'est-ce que le sentiment national qui fait que des individus s'identifient corps et âme à d'autres individus qu'ils ne connaissent pas et ne connaîtront jamais ? Dans ce classique de l'historiographie anglo-saxonne, Benedict Anderson montre que l'adhésion à l'idée de souveraineté nationale n'a rien de naturel. Les sociétés traditionnelles étaient bien incapables de la concevoir, quelle que fût la force de leurs attachements ethniques ou territoriaux. L'auteur analyse les facteurs historiques dont la conjonction - comme celle de l'émergence du capitalisme marchand et de l'invention de l'imprimerie - a permis la naissance de ces singulières « communautés imaginées " que sont les nations. Convoquant une riche gamme d'exemples, du Brésil à la Thaïlande en passant par l'Europe centrale et l'Amérique latine, l'auteur étudie l'interaction complexe entre la logique populiste et démocratique du nationalisme et les stratégies des régimes impériaux et dynastiques à la fin du xix" siècle. Écrit dans un style élégant teinté d'une ironie typiquement britannique. l'ouvrage d'Anderson - traduit dans toutes les grandes langues européennes - offre à la fois le plaisir d'un certain raffinement intellectuel et l'utilité d'une introduction originale à un thème trop souvent traité de façon superficielle. «Décapant et iconoclaste, le style de Benedict Anderson [...] sert une conception originale de la nation comme "communauté imaginée", dont la naissance est consécutive, selon l'auteur, à l'invention de la langue d'imprimerie, et dont l'essor est soutenu par le roman et la presse. Dans la ligne du marxisme de l'école de Francfort, [...] cette théorie du nationalisme comme artefact n'a pas pris une ride, à l'heure de l'éclatement de l'Europe en "petites nations". » LE MONDE Benedict Anderson enseigne les relations internationales à l'université Carnell, aux États-Unis. Il est spécialiste du Sud-Est asiatique et a publié entre autres Java in a Time of Révolution (Cornell University Press, 1972), In the Mirror: Revolution, Literature and Politics in Siam in the American Era (Duang Kamol, 1985) et Language and Power: Exploring Political Cultures in Indonesia (Cornell University Press, 1990) 215 pages édition pocge : octobre 2006

    11,80 €
  • Bauer Otto : La question des nationalités et la social-démocratie

    Tome 1 et 2 vendus ensemble LA QUESTION DES NATIONALITÉS ET LA SOCIAL-DÉMOCRATIE Jamais ouvrage ne fut tant cité sans avoir été intégralement lu que ce grand classique marxiste sur la question nationale, traduit en russe, en espagnol, mais ni en anglais ni en français... Écrit dans les premières années de notre siècle, dans un empire austro-hongrois aux prises avec les aspirations des multiples nationalités, ce livre prend sa place au coeur des luttes des peuples dominés, des controverses naissantes sur l'impérialisme, des débats entre les solutions territoriales sous forme de droit à l'autodétermination et l'internationalisme utopique qui confine au cosmopolitisme naïf. Otto Bauer étudie l'émergence du concept et du phénomène de nation à travers une démarche historico-sociologique. La nation est ainsi perçue comme une réalité historique en perpétuel devenir. Refusant de faire de la langue ou du territoire les éléments constitutifs d'une nation, il y voit une communauté de caractère fondée sur une communauté de culture, issue d'une communauté de destin. Il reconnaît ainsi l'importance du phénomène national tout en mettant en garde contre la collaboration de classe qui se dissimule souvent derrière les luttes nationales. Aux pronostics d'Engels, prévoyant leur disparition, Bauer oppose sa thèse du réveil des peuples sans histoire et de leur épanouissement sous le socialisme. Face à l'impérialisme des Habsbourg, il propose de constituer les nations en personnes juridiques extra-territoriales en dissociant l'auto-administration locale de l'autonomie nationale culturelle. Déterritorialiser la question nationale revient à dissocier État et Nation, à désamorcer un amalgame aux conséquences souvent catastrophiques au cours de notre histoire, y compris la plus récente. Dégagé de son contexte, cet ouvrage montre que le marxisme peut répondre à la question nationale; et au delà, sa lecture stimulante conserve une étonnante actualité, face à des situations de plus en plus brûlantes. 600 pages édition : Syllepse 2017

    28,00 €
  • Bihr : Le crépuscule des états-nations

    TABLE DES MATIERES : Introduction Mise au point sur les concepts de nation et de nationalisme De l'Etat « inséré » à l'Etat «démultiplié» Le devenir des récentes politiques d'aménagement du territoire Politiques de développement local : des illusions aux effets pervers Demain la nation? Le front national en Alsace: une exception en trompe-l'oeil- La nation dans le discours du Front national Identité menacée, identité menaçante:l' Europe dans l'imaginaire du Front national L'extrême droite en Europe occidentale: unité et diversité du phénomène Pour une euthanasie de la nation La démocratie au défi Notes 210 pages édition : 2000

    18,00 €
  • Chaliand Ternon : 1915, le génocide des Arméniens

    PRÉFACE L'ÉVÉNEMENT ESSAI D'INTERPRÉTATION Géopolitique Les Arméniens des provinces orientales Le démembrement de l'Empire ottoman Le mouvement national arménien Le nationalisme turc La guerre ÉVIDENCE Les pièces officielles publiées au cours de la l7e Guerre mondiale Les documents allemands : -Rapport secret sur les massacres d'Arménie par le Dr Lepsius (extraits) -Archives de la Wilhelmstrasse Documents anglais et américains : -Le livre bleu - Vingt-six mois en Turquie. -Mémoires de l'ambassadeur Morgenthau (extraits) Les procès : -Le procès des Unionistes -Le procès de Teilirian DOCUMENTS PHOTOGRAPHIQUES 143 REGARDS SUR UNE SOLUTION FINALE 155 Le contexte 155 Esprit du temps, perceptions et sensibilités locales .... 159 Un génocide à l'ordre du jour 163 L'évolution des mentalités 16-7: La diaspora aujourd'hui 171 Portée et limites du terrorisme 175 POSTFACE 179 NOTES 195 CARTE 199 CHRONOLOGIE DESÉVÉNEMENTS 201 BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE 203 INDEX 209 215 pages réédition : juillet 2002

    10,00 €
  • Garo M : Les Rroms, une nation en devenir?

    Cette minorité transnationale dispersée sur le territoire de plusieurs Etats européens revendique une existence et des droits. Cet essai, qui rappelle l'histoire du peuple tsigane depuis le XVe siècle, propose une réflexion sur le concept du vivre-ensemble des peuples, fondé sur des communautés de destin, respectueuses des minorités. Quatrième de couverture Minorité transnationale répartie sur le territoire de plusieurs États européens, les Rroms font régulièrement la une de l'actualité en raison de la stigmatisation dont ils sont victimes. Cependant, au-delà de leur apport culturel ils sont mal connus. Cet ouvrage permet de découvrir l'histoire de ce peuple sans État qui revendique une existence et des droits. Après avoir abordé la situation et l'histoire de cette communauté en Roumanie, République tchèque et France, l'auteure décrit la vie de cette communauté à travers ses associations et mouvements politiques qui se sont structurés à l'échelle européenne. Si l'histoire de la nation rrom n'a pas été à ce jour écrite, cet ouvrage est un des premiers à synthétiser le parcours de ce peuple parti d'Inde au 11e siècle, qui a tout d'abord connu l'esclavage, puis au 20e siècle une tentative d'extermination par les nazis (Samudaripen). Enfin, à l'heure du danger d'ethnicisation des sociétés européennes, l'ouvrage interroge une autre conception du vivre-ensemble des peuples qui ne soit pas fondée sur les liens du sang mais sur des communautés de destin, respectueuses de ses minorités. 140 pages édition : avril 2009

    25,00 €
  • Haupt Lowy Weil : Les marxistes et la question nationale

    Avant-propos à la deuxième édition

    : Avant-propos 7

    I. Georges Haupt : Les marxistes face à la question nationale : histoire du problème 9

    I. La démarche des fondateurs 12

    II. - Difficultés conceptuelles et analytiques 21

    III. - Les étapes de la réflexion 39
    1. - Le démarrage : Karl Kautsky et RosaLuxemburg 39
    2. - L'effort de complexification : la démarche théorique de Bauer 45
    3. - La démarche stratégique de Lénine 52II. Anthologie 63
    I. - Karl Marx et Friedrich Engels 6l
    1. - La naissance des nations modernes 67
    2. - Les prolétaires et la nation 68
    3. - F. Engels, Le panslavisme démocratique .. 69
    4. - F. Engels, Que deviendra la Turquie d'Eu rope? 86
    5. - F. Engels, Qu'est-ce que les classes labo rieuses ont à voir avec la Pologne ? 90
    6. - K. Marx, La question polonaise 93
    7. - K. Marx, c Stirnérianisme proudhonien ou contre la négation des nations 94
    8. - K. Marx, L'Irlande et la classe ou%nère anglaise 95
    9. - K. Marx, La question irlandaise et l'Inter nationale 97
    10. - F. Engels, Libération nationale et stratégie révolutionnaire : le problème des Slaves du Sud (lettre à Bernstein)
    11. - F. Engels, Socialisme et indépendance nationale : La revendication du rétablissement de la Pologne est-elle dépassée ? (lettre à Kautsky)
    12. - Indépendance nationale et progrès social ..

    II - Karl Kautsky
    1. - La nationalité moderne
    2. - Nationalité et internationalisme
    1) Le concept de nation
    2) L'Etat national
    3) LEtat multinational
    3. - Les tâches nationales des socialistes parmi les Slaves des Balkans
    4. - L'autodétermination des nations

    III. - Rosa Luxemburg
    1. - La question polonaise au Congrès International de Londres, 1896
    2. - La question polonaise et le mouvement socialiste
    3. - La question nationale et l'autonomie
    1) Le droit à l'autodétermination
    2) Impérialisme et question nationale
    3) Le prolétariat et la question nationale ..

    IV. - Programme de Brünn de la social-démocratie autrichienne (1899)

    V. - Karl Renner
    Etat et nation VI. - Otto Bauer

    1. - Le concept de nation
    2. - Le socialisme et le principe des nationalités
    3. - Différenciation croissante entre les nationsdans la société socialiste

    VII. - Josef Strasser L'ouvrier et la nation
    1) Le caractère national •. 2) L'autonomie nationale
    3) L'internationalisme

    VIII. - Anton Pannekoek Lutte de classe et nation
    1. - La nation et le prolétariat 293
    a) La communauté de culture 293
    b) La nation dans l'Etat futur 296
    2. - La tactique socialiste 298
    a) Les revendications nationales 298
    b) L'autonomie nationale 302

    IX. - J. V. Staline 306
    Le marxisme et la question nationale 309
    1) La nation 311
    2) Le mouvement national 317
    3) L'autonomie nationale culturelle 318

    X. - V.1. Lénine 325
    1. - Notes critiques sur la question nationale .... 328 2. - Du droit des nations à disposer d'elles-mêmes 335
    a) Qu'est-ce que le droit des nations de disposer d'elles-mêmes ? 335
    b) Position historique concrète de la question 340
    c) La décision du Congrès International de Londres de 1896 343
    3. - Explications sur le programme. (Lettre à Chaoumian) 351

    XI. - James Connolly 354
    1. - Socialisme et nationalisme 356
    2. - Le mouvement pour la langue 360
    3. - Le Sinn Fein, le socialisme et la nation .... 365

    III. Michael Lowy : Le probléme de l'histoire (remarques de théorie et de méthode)...370
    I. - Marx et Engels : nationalité et internationalité ...
    1. - Marx
    2. - Engels

    II. La gauche radicale contre le séparatisme national. .
    1. - Rosa Luxemburg
    2. - Trotsky
    3. - Pannekoek et Strasser

    III. - Le centre austro-marxiste et l'autonomie culturelle.
    1. - Karl Renner
    2. - Otto Bauer

    IV. Lénine et le droit d'autodétermination

    Conclusion : la morale de l'histoire 390

    395 pages édition : mars 1997

    30,50 €
  • Nouvelle-Calédonie, les sentiers de l'espoir

    EDITIONS LA BRECHE En novembre 1984, les indépendantistes du FLNKS boycottaient les élections territoriales de Nouvelle-Calédonie. Beaucoup, en métropole, découvraient ainsi l'existence de cette possession française aux confins du Pacifique. Les médias se penchèrent alors sur la situation d'une population d'origine, les Kanaks, cantonnée dans des « réserves » et marginalisée dans tous les domaines de la vie économique et sociale. Au cours de ces quatre dernières années, la France n'a cessé de « décoloniser » pour mieux maintenir sa présence. Promesses et plans se sont succédé sans que ne soit jamais véritablement entamé le noyau dur de la colonisation. C'est ainsi que ce territoire d'outre-mer va connaitre, en 1989, son cinquième projet de statut en cinq ans. Et, en avril 1988, l'esprit de révolte dominait à nouveau dans les rangs des Kanaks, avec les tragédies d'Ouvéa et de Canala. C'est à l'étude de cette période - riche en événements politiques locaux et essentielle pour apprécier le retournement de situation d'avril 1988 tout comme le nouveau projet de statut de Michel Rocard - que s'attache en premier lieu ce livre. Le second objectif de cet ouvrage est de rétablir l'ordre des problèmes, c'est-à-dire de souligner le lien entre la volonté des gouvernements français de ne toucher qu'aux aspects superficiels de la colonisation et leur incapacité à régler la crise calédonienne. Contradiction à laquelle le plan Rocard n'échappera pas. Claude Gabriel et Vincent Kermel, journalistes, spécialistes de la NouvelleCalédonie, auteurs de nombreux articles sur cette question, ont déjà publié, en 1984, la Révolte kanake, aux éditions La Brèche. Cet ouvrage retraçait l'histoire de la résistance des Kanaks au colonialisme français. 220 pages édition octobre 1988

    11,00 €
  • Rousseau Jean Jacques : Projet de constitution pour la Corse

    Alors qu'au milieu du XVIIIe siècle, la Corse était indépendante, Jean-Jacques Rousseau fut sollicité pour la doter d'une constitution. Loin d'être une simple curiosité historique, ce projet de texte fondamental pour un État qui n'existe plus se révèle d'une brûlante actualité. En effet, l'auteur « Du Contrat social » et de « L'Inégalité chez les hommes » en a fait une réflexion sur la liberté et la souveraineté des peuples aussi bien qu'une analyse pénétrante des problèmes de l'île qui sont restés les mêmes, deux cent cinquante ans plus tard. 95 pages édition : septembre 2000

    6,20 €