Aller au contenu

Godin : Anthologie de la subversion carabinée

Ref.: 1860

Godin, Noël

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 35,00 € Prix normal 35,00 €

Les points d’orgue de la subversion bel et bien carabinée puisque nous avons affaire ici à la première association de gros calibre de textes résolument malfaiteurs : - à travers toutes les formes rocambolesques de subversion : appel au meurtre, grève orgiaque, tour pendable, pétrolage gloupitant, pique-assietisme sauvage, détournement pernicieux, cannibalisme justicier, sabotage polisson, attentat pâtisser, etc. - à travers tous les genres llittéraires : libelle, reportage, poème satirique, dessin pamphlétaire, tract, mots croisés, utopie, scénario, essai théorique, conte licencieux, comic strip, chanson pillarde, théâtre d’agit’prop, harangue, aphorisme, ghoost story, lettres d’insultes, etc. - à travers toutes les écoles du crime donquichottesque : des émeutiers galope-les-cotillons de l’Antiquité aux chaos-spontex de 68 et d’après, en passant par les iconoclastes du Moyen-Age, les "emporte-pièce" de 1789, les "amazones-crapule" de la Commune, les chevaliers de la dynamite de la Belle Epoque, les magiciens anarchisants, les pirates utopistes, les fuck-rebels yippies et le grain fin des "boutefeu de sédition" slaves, chinois, égyptiens, latino-américains ou belges... - à travers tous les catalogues d’auteurs dépassant les bornes :d’Allais et Fourier à Stirner et Wilde, de Darien et Forton à Leroux et Swift, de poètes-assassins ayant prémédité de "mettre le terme au maître" (Baader, Péret, Bonnot, Solanas...) à des fauteurs de troubles plutôt inattendus : Balzac, Claudel, Mérimée, Tchouang-Tseu, Valéry, La Fourchadière, saint Epiphane... Noël Godin est né à Liège en 1945 en hurlant : "Vive Ravachol ! " Collabore fourbement à moult périodiques niguedouilles (Ciné Revue, Actuel...) en y injectant un maximum de faux. Accouche de monstres littéraires mal léchés : Crème at châtiment (Albin Michel), Godin par Godin (Yellow Now), Grabuge, avec d’autres pieds nickelés, Armons-nous les uns les autres !, Entartons entartons les pompeux cornichons ! (Flammarion tous les trois). S’affirme comme un fin expert en gags inoffensifs désolants : lâcher de hargneux volatiles lors du final des Oiseaux d’Hitchcock : de pets préenrengistrés pendant des messes de requiem ; de sceaux de colle à tapisser sur des sommités universitaires. Réalise plusieurs courts-métrages éducatifs : Prout Prout Tralala 1974 ; Grève et pets 1976 ; Si j’avais dix trous de cul, 1999. Sous le nom et la barbe de Georges Le Gloupier, entarte loufoquement les pompeux cornichons (Duras, PPDA, Chevènement, Elkabbach, Bill Gates, Sarkozy, BHL à sept reprises, etc.). La nouvelle édition de la brique pousse-au-crime est complétée par une très-très dodue bibliographie mécréante.

910 pages
édition : février 2012