Aller au contenu

Mordillat


  • Mordillat : Rouge dans la brume

    Carvin, la trentaine, est ouvrier mécanicien dans une usine du Nord. Sa femme Chantal rêve de confort et de soleil. Ne supportant plus la dureté de leur vie ni les luttes quotidiennes, elle le quitte et emmène avec elle Océane, leur fille de quatre ans. Anath, la trentaine elle aussi, est DRH dans l’usine où travaille Carvin. Elle est mariée à un professeur d’université qui lentement s’éloigne d’elle, perdu dans les livres, l’alcool et d’inavouables secrets. Rien ne semblait devoir rapprocher Carvin et Anath. Un monde les séparait. Mais quand l’usine est brutalement fermée par ses actionnaires américains, qui rayent de la carte presque 400 emplois, la tempête qui se lève unit leurs destins. Les ouvriers s’insurgent, occupent le site, incendient le stock, les ateliers, les camions de ceux qui voulaient déménager les machines. La révolte se propage à une deuxième usine, puis à une troisième, portée par l’espoir que le pays tout entier s’embrase. C’est au cœur du brasier qu’Anath et Carvin se découvrent. Contre toute attente, contre toute raison, c’est dans la lutte que naît leur amour. L’un et l’autre n’ont plus rien à perdre, mais une vie à gagner. Sont-ils fous, criminels, insensés ? Ont-ils une chance de triompher ? Qu’importe ! Dans la folie du temps présent, ils auront su dire non. Ils auront fait entendre leur voix. Parution janvier 2011, 435 pages

    8,10 €
  • Tous dans la rue, le mouvement social de l'automne 2010

    Des millions de personnes dans la rue, à plusieurs reprises, deux tiers de l'opinion publique acquise, des blocages et des grèves dans tout le pays... L'automne 2010 a vu croître un des plus impressionnants mouvements sociaux depuis Mai 68. La raison d'un tel mécontentement populaire ? La dernière en date des réformes néolibérales conduites par Nicolas Sarkozy. Mais peut-être pas seulement... Comment analyser ce mouvement ? Quelles traces laissera-t-il dans la société et la politique françaises ? Ouvre-t-il - après les grandes grèves de décembre 1995 et la mobilisation contre le CPE en 2006 - une nouvelle séquence politique et sociales ? Ce livre collectif s'efforce de répondre à ces questions. A travers des textes ou des entretiens, une douzaine de chercheurs en sciences sociales tentent "à chaud" de resituer ce mouvement dans une perspective longue, celles des luttes sociales et des mouvements de contestation du néolibéralisme, de la dégradation continue des conditions de travail et du désarroi croissant de la jeunesse. Ils montrent que les politiques néolibérales conduites en France et en Europe depuis plus de vingt ans ont peut-être atteint leur seuil de tolérance. Avec des contributions de Christophe Aguiton, Robert Castel, Pierre Dardot, Bastien François, Christian Laval, Arnaud Lechevalier, Frédéric Lordon, Lilian Mathieu, Camille Peugny, Emmanuel Renault, Yves Sintomer et Alain Supiot. Et une préface de Gérard Mordillat. Parution : janvier 2011.

    12,20 €